Au delà du simple mot… (2001)

Au delà du simple mot…

Je me rappelle ce matin,

Où, marchant sur un pont sans fin,

J’ai redécouvert le désir de mon propre sourire.

Je n’avais depuis longtemps plus rien à me dire

Mais j’ai alors, ce jour, rouvert les yeux,

Pour voir plus loin un reflet heureux.

Je t’avais rencontré hier

Je t’aimais déjà je crois

Je me sentais fier;

Un univers nouveau venait à moi.

Ainsi ton mirage, ta belle image,

Une illusion pleine de passion,

Fait enfin de ma vie une vie.

Je sors de ma fragile prison,

J’en brise les murs par mon envie…

Femme parmi les flammes,

Evadée du sang et des femmes,

De la tristesse, ce monde étrange,

Qui nous étouffe, nous accaparre,

Ce monde qui parfois nous mange,

Que l’on saisit, dont on s’emparre…

Alors que j’étais sur mon étang gelé

A perte de vue, à perte de vie,

Dont la glace fondait de tous cotés,

A chaque seringue dans mon bras désséché

Nous nous sommes trouvés, je t’ai suivi.

Tu m’as montrée une île vierge

Pour y construire mon existence,

Une île aux douces berges,

Qui n’attendait que mes semences.

Certe le paradis où tu m’emmènes

N’est pas parfait,

Si notre amour devient haine ou peine,

Il disparaît.

Mais, même si tu partais,

Je ne serai plus ce que j’étais,

Rien de moins que plein de vide;

Il me resterait une terre triste

Devenant peut-être sèche et aride,

Mais où je pourrais enfoncer ton souvenir

Plutôt que de me noyer avec lui…

Tu as donné une âme à mon corps,

Cette chair qui me semblait fannée;

Je n’étais pas tout à fait né

Mais pas encore vraiment mort.

Tu me l’as montré:

M’assurant que je ne savais pas voir,

J’ai réussi à ne plus me décevoir.

A travers tes yeux, portes du septième ciel,

J’ ai pris goût et appris

A avoir envie de voir la vie enfouie…

Je ne sais pas combien nous aurons

De temps, de joies encore,

Combien d’enfants, de maisons,

De regrets, de remords…

Mais ce que je sais,

C’est que tu as fait tomber le mur

Qu’étais chaque seconde supplémentaire.

De mon futur,

Quel qu’il soit,

Tu es la pierre-mère…

Merci pour tout, merci pour toi,

Hommage à la vie que tu es,

Hommage à celle qui est,

Au delà du simple mot,

Mon Ange.

Publicités
Explore posts in the same categories: poèmes, chansons, nouvelles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :