Homicide involontaire. (2002)

Homicide involontaire.

Noirceur soudaine, succède à la lumière

Je ne peux combattre la nuit qui s’affaisse.

Pourtant ce n’est pas le moment,

Mais Dieu n’est pas en action,

Il pêche au pays des songes…

Noirceur torride, bouche ma vue,

C’est pour mieux te croquer,

Que mes dents sont si longues.

Dieu sommeille,

Peine à réparer la panne…

Noirceur totale, glace mon sang

Qui s’écoule, un dernier flot,

Et bleus et flous, fous mes yeux sortent du temps.

Dieux s’éveille enfin,

Comprend qu’il est bien tard…

Noirceur terrible, crève mon âme

Je ne m’entends plus.

De remords penaud, Dieu se rendort,

Ce n’est la faute de personne,

Par erreur je suis mort…

Publicités
Explore posts in the same categories: poèmes, chansons, nouvelles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :