Dialogue avec le non (2)

Texte de Mehdi, partisan du non, en bleu, suivi du texte du cavalier Godzoacal, en faveur du oui :

C’est court, c’est incomplet mais c’est clair comme le devrait être le traité établissant une Constitution pour l’Europe.

Je vais commencer par les préliminaires… c’est très important les préliminaires, c’est la base d’une bonne compréhension. Ainsi, contrairement à certaines personnes qui disent que ce n’est pas important, je pense que c’est peut être ce qui prime par-dessus tout. Cela donne une illusion collective sur l’Europe.

Les préliminaires : Avant tout, ce n’est pas une Constitution, c’est un traité international. Il remplacera tout simplement le traité de Nice. Une Constitution va de pair avec un Etat. On parle de Constitution française, espagnole… mais pourquoi appeler ce traité « Constitution Européenne » ? Il faut dire que c’est plus attrayant que traité de Berlin ou traité de Luxembourg ; y mettre le terme Constitution fait cela plus pompeux…

En fait, c’est à partir de la que commence l’illusion : on veut nous faire croire que L’Europe sera un « Etat Unis d’Europe » à l’image des Etats-Unis d’Amérique. Veut on vraiment faire en sorte que l’Europe soit un Etat fédéral ?

Certains ne le cachent pas mais ce n’est pas très explicite dans les directives Européennes. Pour ma part, je ne pense pas que cela soit possible car chaque pays à un passé différent, une culture différente et est trop attaché à sa souveraineté nationale.

De plus, malgré, les efforts pour que les gens se sentent de plus en plus Européens, le sentiment de citoyenneté Européenne n’est vraiment pas fort. Qui peut me dire quelle est la journée de L’Europe. Faite attention, elle arrive juste avant le referendum a la rescousse du «oui ».

Une autre question : quel est le taux de participation de la France aux dernières élections européennes de 2004 ? 42,76% de taux de participation. Un taux qui ne cesse de baisser. Avec ces résultats, on ne peut pas dire qu’il y a de l’enthousiasme de la part de la population envers les députés Européens. Sans parler du taux de participation des espagnols en ce qui concerne la Constitution Européenne.

D’ailleurs, connaissez vous les députés pour lesquels vous avez votés (si vous avez votés) ?

Derniers points de ces préliminaires : la Constitution Européennes a été élaborée par une assemblée Constituante non élue. Est-ce normal ? Même si elle a été élaborée en collaboration avec les partis et les syndicats, cela n’est pas très clair.

Enfin, qui a lu entièrement la Constitution Européenne ? Et est-on apte à comprendre clairement ce qui est écrit dans le texte ? Heureusement que les émissions de 22h30 sont la pour nous expliquer qui faut voter « oui », question de vie ou de mort. Heureusement que des stars qui sont sensés être super citoyens sont aussi la pour nous dire tellement c’est cool de voter encore « oui ».

Il s’agit d’un texte de plus de 250 pages écrit par des énarques dans un langage d’énarque: – Combien d’électeurs ont pu avoir accès à ce texte ? – Il n’y a toujours pas eu de travail d’explication, ou très peu, de la part de la presse ou de la classe politique. Voila pour les préliminaires !

Il faut arrêter de penser que ceux qui vont voter non le font en raison du rejet du gouvernement de Raffarin. C’est dangereux de faire des généralités. Tout le monde n’est pas syndicat ou syndiqués… Et puis voter « non », ce n’est pas être Eurosceptique ! La stigmatisation du « non » est une bien mauvaise stratégie.

Et puis la constitution Européenne ne me fait pas peur, c’est un bien meilleur traité que celui de Nice. Tout le monde est d’accord pour affirmer que l’Europe est en crise, qu’il faut adopter un autre texte. Adopter un texte qui comprend intégralement le traité de Nice et qui y ajoute des avancer non négligeables mais qui font un peu « vitrine ». Je ne vais pas détailler article par article comme l’a fait mon ami Chouka ; je vais rester en surface et parler des grandes lignes.

Pour la mémoire : l’Europe a commencé à se construire au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Le but était de faire des échanges entre la France et l’Allemagne afin de rendre les deux pays dépendant l’un de l’autre et par conséquence préserver la paix. Le pari est gagné pour la paix ; c’est la grande victoire de l’Europe. Et il est aussi gagné pour la dépendance. C’est par la que commence la crise Européenne ; ainsi elle commence par le cafouillage entre la nation et l’Europe ! Il existe bel et bien 2 évolutions : l’évolution européenne et l’évolution française ; évolutions qui ne vont pas toujours dans le même sens…

Pour ma part, je me dirige assez pour le protectionnisme. Euh, la, avec la Constitution Européenne, on va dans l’autre sens, vers le libéra… (je ne vais pas le dire car j’ai pas envie de tomber dans le clichés des gens qui vont voter non et qui fustigent l’ultralibéralisme). Le capitalisme est une réalité, il faut faire avec ; il n’y a pas vraiment d’alternative mais on peut toujours faire en sorte de faire un peu de protectionnisme. Cela ne ferait pas de mal à la France. De Gaulle serait en accord avec cela.

Et comment arriver à cela si les directives Européennes priment sur les directives nationales (je sais ; pas toutes) ?

Mais la plus grande difficulté est l’organisation et la bonne entente des pays de l’Union Européenne. L’Europe veut se prononcer d’une seule voix afin de faire bloc contre la toute puissance américaine et la toute nouvelle ses pays asiatiques. C’est beau comme projet ; mais est ce vraiment réalisable ? L’exemple type est la guerre en Irak : faut il prendre l’Europe de Blair ou prendre celle de Chirac ? Bien sur le ministre des affaires étrangères de L’UE pourra jouer un rôle semblable au secrétaire général de l’ONU…

Je pourrai en ajouter des tonnes, c’est très facile d’être négationniste donc je m’arrête de la et ne me permet pas de continuer sur des termes techniques.

Cette Constitution est la conséquence d’une fuite en avant d’une Europe qui veut aller vite. Mais ou va-t-elle ? Ou veut elle aller ? Vers un pseudo Etat fédéral ? A quoi veut elle ressembler ?

Je ne critique pas l’Europe en elle-même mais je m’interroge sur sa direction. L’Europe doit changer, c’est une réalité. Au premier plan, la Constitution est une avancée. Mais sur le moyen terme et surtout sur le long terme, elle peut s’avérer gênante. Il sera très difficile de la réviser et donc de l’améliorer.

Hypothèse : si la constitution n’est pas ratifiée par plusieurs pays (ex : la France, l’Angleterre et les Pays-Bas) elle sera renégociée au bout de 4 ans. Je cite : «  Le président en exercice de l’Union européenne, le premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a souligné aujourd’hui à Strasbourg :

«Il n’y aura pas de renégociation si un pays devait dire ‘non’. Nous devrons poursuivre le processus de ratifications», a indiqué M. Juncker devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE).

«Nous verrons à la fin de la procédure de ratifications si un, deux, ou trois Etats ont dit ‘non’», a-t-il poursuivi ajoutant que si «plusieurs pays membres ne devaient pas ratifier la Constitution, le Conseil européen se saisira de la question». »

Je veux croire en une renégociation du Traité. Et je pense que c’est ça d’être vraiment optimiste à la place de se cacher derrière une utopie optimisatrice. Je n’ai pas peur de l’avenir de la France et de l’Europe.

Je vous laisse à vos consciences, moi perso, j’en ai déjà plein le cul.

Réponse du cavalier Godzoacal : « Mon rêve… »

Enfin Mehdi a écrit sa contribution qu’il me promettait depuis un
mois. C’est intéressant, mais malheureusement parfois trompeur :
souvent Mehdi donne des arguments qui devrait faire voter oui, et par
une conclusion biaisée il vote non.
Mehdi, nous refais pas le coup du complot, l’Europe fédérale
cachée, avec ses griffes. Ne racontons pas n’importe quoi, cette
constitution n’est ni fédérale, ni fédéraliste. Il est évident que nous
n’étions pas prêt, que les peuples d’Europe, et le peuple européen
dans son ensemble, formé de toute sa diversité, sont loin d’être prêt.
C’est pour moi une utopie, mais qui se réalisera dans quelques
décennies.
Ca me fait un peu de peine de voir que tu replie vers le
protectionnisme, la nation, la patrie. Il me semblait que ces
dernières années dans nos débats et ébats tu étais plus libéral et
autant fédéraliste que moi. Peut-être puis je encore te faire changer
d’avis.

C’est effectivement un traité international, mais qui a
vocation a faire naître un Etat d’un genre nouveau, qui ne met pas en
cause les Etats nationaux. D’ailleurs les constitutions nationales
s’appliquent toujours, et avec ce traité les Etats ne perdent PAS de
souveraineté, si ce n’est dans le passage nécessaire à plus de
majorité qualifiée, mais sur des domaines de faible importance
généralement.
Au niveau symbolique il y a des avancées: président, ministre
des affaires étranges, constitution…

Donc la question posée n’est pas le fédéralisme, ce n’est pas
l’orientation qui a été prise. Tous les domaines importants restent à
l’unanimité, donc chaque pays a un droit de veto; de plus les
parlements nationaux seront plus impliqués, avec la constitution.
Donc ton »on veut nous faire croire qu’on sera les Etats-Unis d’Europe »
sonne étrangement. Qui veut te faire croire cela à part toi même ? Il
est bien clair qu’on en est loin.

<!–
D([« mb », »<br> &nbsp; &nbsp;Quand au sentiment d\’être europeen, ce n\’est pas la bonne<br>question, il s\’agit d\’être français et européen. D\’ailleurs si on<br>demande aux gens &quot;vous sentez vous européen?&quot;, une majorité repond oui<br>dans les enquêtes d\’opinion. Après qu\’il y ait un désintérêt concret<br>pour les affaires compliquées de l\’Union européenne, que les<br>gouvernements de chaque pays critiquent souvent pour détourner<br>l\’attention d\’eux même. Car il ne faut pas oublier que ce n\’est pas la<br>commission qui gouverne ! C\’est le conseil des chefs d\’Etats ou<br>ministres, aidé du parlement. Le parlement aura d\’ailleurs un pouvoir<br>de contrôle et de blocage plus fort avec ce nouveau traité.<br><br> &nbsp; &nbsp;Quand a ton dernier point de préliminaire, tu dis toi mêm que ce<br>n\’est pas une constitution, et tu voudrais une assemblée constituante.<br>Sur un texte si compliqué et si politique, il fallait des<br>représentants des pays et des gens compétents. D\’ailleurs comme tu le<br>dis toi même , il y aurait eu une forte abstention à l\’élection de<br>cette assemblée, et les partis extrémistes et eurosceptiques auraient<br>eu beaucoup plus de poid que ce qu\’ils n\’ont en réalité, cela aurait<br>été la gadou…<br><br> &nbsp; &nbsp;Quand à ta présentation de la campagne, elle est aigrie… Que<br>t\’es t\’il arrivé mon ami ?<br> &nbsp;Ainsi je te cite: &quot;Enfin, qui a lu entièrement la Constitution<br>Européenne ? Et est-on apte à comprendre clairement ce qui est écrit<br>dans le texte ? Heureusement que les émissions de 22h30 sont la pour<br>nous expliquer qui faut voter « oui », question de vie ou de mort.<br>Heureusement que des stars qui sont sensés être super citoyens sont<br>aussi la pour nous dire tellement c\’est cool de voter encore « oui ».<br>Il s\’agit d\’un texte de plus de 250 pages écrit par des énarques dans<br>un langage d\’énarque: – Combien d\’électeurs ont pu avoir accès à ce<br>texte ? – Il n\’y a toujours pas eu de travail d\’explication, ou très<br>peu, de la part de la presse ou de la classe politique.&quot;<br> »,1]
);

//–>

Quand au sentiment d’être européen, ce n’est pas la bonne
question, il s’agit d’être français et européen. D’ailleurs si on
demande aux gens « vous sentez vous européen? », une majorité répond oui
dans les enquêtes d’opinion. Après qu’il y ait un désintérêt concret
pour les affaires compliquées de l’Union européenne, que les
gouvernements de chaque pays critiquent souvent pour détourner
l’attention d’eux même. Car il ne faut pas oublier que ce n’est pas la
commission qui gouverne ! C’est le conseil des chefs d’Etats ou
ministres, aidé du parlement. Le parlement aura d’ailleurs un pouvoir
de contrôle et de blocage plus fort avec ce nouveau traité.

Quand a ton dernier point de préliminaire, tu dis toi même que ce
n’est pas une constitution, et tu voudrais une assemblée constituante.
Sur un texte si compliqué et si politique, il fallait des
représentants des pays et des gens compétents. D’ailleurs comme tu le
dis toi même , il y aurait eu une forte abstention à l’élection de
cette assemblée, et les partis extrémistes et eurosceptiques auraient
eu beaucoup plus de poids que ce qu’ils n’ont en réalité, cela aurait
été la gadoue…

Quand à ta présentation de la campagne, elle est aigrie… Que
t’es t’il arrivé mon ami ?
Ainsi je te cite: « Enfin, qui a lu entièrement la Constitution
Européenne ? Et est-on apte à comprendre clairement ce qui est écrit
dans le texte ? Heureusement que les émissions de 22h30 sont la pour
nous expliquer qui faut voter « oui », question de vie ou de mort.
Heureusement que des stars qui sont sensés être super citoyens sont
aussi la pour nous dire tellement c’est cool de voter encore « oui ».
Il s’agit d’un texte de plus de 250 pages écrit par des énarques dans
un langage d’énarque: – Combien d’électeurs ont pu avoir accès à ce
texte ? – Il n’y a toujours pas eu de travail d’explication, ou très
peu, de la part de la presse ou de la classe politique. »

<!–
D([« mb », »<br> &nbsp; Le travail d\’explication a lieu en ce moment, dans tous les<br>journaux, à la télé. Malheureusement, ce travail d\’explication est<br>constamment accusé par les partisans du non d\’être détourné en faveur<br>du oui. Peut-être aussi parceque le texte lui-même, quand on sort des<br>caricatures et des slogans, plaide pour le oui.<br> &nbsp; &nbsp; &nbsp;Certes les media sont majoritairement pour le oui, est-ce une<br>raison pour dire non? Le texte est bon, ce n\’est pas le monstre<br>ultralibéral ou la machine à gaz antidémocratique qu\’on nous présente<br>parfois.<br><br> &nbsp; &nbsp;Quand à ta phrase phare : &quot;voter non ce n\’est pas être<br>eurosceptique&quot;. C\’est vrai, mais c\’est comique ( ou triste) que ce<br>soit toi qui le dise, alors que tous tes arguments sont<br>souverainistes, ce dont tu ne te cache pas d\’ailleurs en te disant<br>Chevènementiste. Tu affirmes d\’ailleurs au début que le peuple<br>européen n\’existe pas et n\’a pas vraiment vocation à exister. Tu veux<br>donner plus de place aux souverainetés nationales. Donc tous ne le<br>sont peut-être pas, mais toi tu es eurosceptique, dans le sens ou tu<br>ne souhaites pas que la construction européenne continue, la situation<br>actuelle te convient. Tu voudrais une simple coopération.<br> &nbsp; &nbsp;Et puis la stigmatisation du non, c\’était au début. Aujourd\’hui<br>souvent le non se stigmatise tout seul. Et le oui est bien plus<br>largement stigmatisé, en faisant croire que c\’est un oui<br>ultralibérral, pro-américain, antisocial, ce qui est totalement faux<br>sur chacun des points.<br><br> &nbsp; Quand au protectionnisme, le retour de la fausse bonne idée.<br>D\’abord il faut dire que la constitution encadre autant que les<br>traités actuels le protectionnisme. Mais audela, à part dans des cas<br>particuliers, c\’est quand même dangereux. Mettre des barrières<br>douanières, ça revient à faire augmenter les prix à l\’intérieur du<br>pays, ça crée de l\’inflation, le pouvoir d\’achat baisse, les coûts<br>pour les entreprises augmentent. D\’autre part, les autres pays en<br> »,1]
);

//–>

Le travail d’explication a lieu en ce moment, dans tous les
journaux, à la télé. Malheureusement, ce travail d’explication est
constamment accusé par les partisans du non d’être détourné en faveur
du oui. Peut-être aussi parce que le texte lui-même, quand on sort des
caricatures et des slogans, plaide pour le oui.
Certes les media sont majoritairement pour le oui, est-ce une
raison pour dire non? Le texte est bon, ce n’est pas le monstre
ultralibéral ou la machine à gaz antidémocratique qu’on nous présente
parfois.

Quand à ta phrase phare : « voter non ce n’est pas être
eurosceptique ». C’est vrai, mais c’est comique ( ou triste) que ce
soit toi qui le dise, alors que tous tes arguments sont
souverainistes, ce dont tu ne te cache pas d’ailleurs en te disant
Chevènementiste. Tu affirmes d’ailleurs au début que le peuple
européen n’existe pas et n’a pas vraiment vocation à exister. Tu veux
donner plus de place aux souverainetés nationales. Donc tous ne le
sont peut-être pas, mais toi tu es eurosceptique, dans le sens ou tu
ne souhaites pas que la construction européenne continue, la situation
actuelle te convient. Tu voudrais une simple coopération.
Et puis la stigmatisation du non, c’était au début. Aujourd’hui
souvent le non se stigmatise tout seul. Et le oui est bien plus
largement stigmatisé, en faisant croire que c’est un oui
ultralibéral, proaméricain, antisocial, ce qui est totalement faux
sur chacun des points.

Quand au protectionnisme, le retour de la fausse bonne idée.
D’abord il faut dire que la constitution encadre autant que les
traités actuels le protectionnisme. Mais au delà, à part dans des cas
particuliers, c’est quand même dangereux. Mettre des barrières
douanières, ça revient à faire augmenter les prix à l’intérieur du
pays, ça crée de l’inflation, le pouvoir d’achat baisse, les coûts
pour les entreprises augmentent. D’autre part, les autres pays en

<!–
D([« mb », »réponse mettent eux aussi des barrières douanières. Or la France est<br>un pays qui exporte beaucoup, des millions d\’emplois sont liés à cela.<br>De plus, il peut y avoir des mesures de rétorsion, notamment<br>concernant les gros achats symboliques (airbus)..<br> &nbsp; &nbsp;La situation n\’est donc pas aussi simple que ne la présente De<br>Villier (L\’homme qui ment plus vite que son ombre; il doit y avoir<br>plus de phrases mensongères que vrai dans chacun de ses discours, je<br>ris et je pleure à chaque fois)<br> &nbsp; &nbsp; &nbsp;Mehdi si tu votes non, le protectionnisme sera toujours aussi<br>encadré, et c\’est tant mieux.<br><br> &nbsp; Enfin, le droit européen prime sur les droits nationaux. Rien ne<br>change sur ce point. Mais il ne faut pas oublier que le droit européen<br>est un droit d\’attribution, c\’est à dire qu\’il ne touche que ce que<br>les etats ont bien voulu lui déléguer. De plus, les chefs d\’etats et<br>le parlement participent aux décisions.<br><br> &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; Enfin les deux dernières interprétations sur lesquelles<br>tu t\’appuie : la constitution sera très difficile à changer;<br>Pour l\’instant on ne parle pas de la changer mais de l\’adopter, et vu<br>que une fois qu\’on écarte les contrevérités et les incompréhensions<br>c\’est plutôt un bon texte, il y a pas de raisons de la changer tout de<br>suite. D\’autant que les deux premières parties, qui sont ce qui est<br>ajouté par la constitution, sont en termes généraux souvent. Donc,<br>tout dépend des majorités qui seront au pouvoir, donc quand tu dis<br>l\’Europe doit changer, c\’est pourquoi il faut voter oui car cela amène<br>toutes les améliorations que tu connais et d\’autres que tu ne veut pas<br>voir car elles remettent en cause ton schéma de pensée, mais après<br>cela passera par les élections nationales et européennes. Avec cette<br>constitution, on pourra mener des politiques très différentes au<br>niveau européen, et encore plus au niveau national.<br> &nbsp; &nbsp;De plus elle n\’est pas plus difficile à changer que le traité de<br> »,1]
);

//–>
réponse mettent eux aussi des barrières douanières. Or la France est
un pays qui exporte beaucoup, des millions d’emplois sont liés à cela.
De plus, il peut y avoir des mesures de rétorsion, notamment
concernant les gros achats symboliques (airbus)..
La situation n’est donc pas aussi simple que ne la présente De
Villier (L’homme qui ment plus vite que son ombre; il doit y avoir
plus de phrases mensongères que vrai dans chacun de ses discours, je
ris et je pleure à chaque fois)
Mehdi si tu votes non, le protectionnisme sera toujours aussi
encadré, et c’est tant mieux.

Enfin, le droit européen prime sur les droits nationaux. Rien ne
change sur ce point. Mais il ne faut pas oublier que le droit européen
est un droit d’attribution, c’est à dire qu’il ne touche que ce que
les etats ont bien voulu lui déléguer. De plus, les chefs d’états et
le parlement participent aux décisions.

Enfin les deux dernières interprétations sur lesquelles
tu t’appuie : la constitution sera très difficile à changer;
Pour l’instant on ne parle pas de la changer mais de l’adopter, et vu
que une fois qu’on écarte les contrevérités et les incompréhensions
c’est plutôt un bon texte, il y a pas de raisons de la changer tout de
suite. D’autant que les deux premières parties, qui sont ce qui est
ajouté par la constitution, sont en termes généraux souvent. Donc,
tout dépend des majorités qui seront au pouvoir, donc quand tu dis
l’Europe doit changer, c’est pourquoi il faut voter oui car cela amène
toutes les améliorations que tu connais et d’autres que tu ne veut pas
voir car elles remettent en cause ton schéma de pensée, mais après
cela passera par les élections nationales et européennes. Avec cette
constitution, on pourra mener des politiques très différentes au
niveau européen, et encore plus au niveau national.
De plus elle n’est pas plus difficile à changer que le traité de

<!–
D([« mb », »Nice qu\’on a aujourd\’hui. Ce sont les même règles. Je suis persuadé<br>que dans les vingt ans, il y aura des modifications si des points<br>posent problèmes. Si un pays veut exiger une modif, il met un véto sur<br>toutes les décisions à l\’unanimité, et donc les autres doivent<br>négocier ensuite si c\’est réalisable. (De Gaulle et la politique de la<br>chaise vide)<br><br> &nbsp;Enfin la fameuse renégociation du traité. Les partisans du non ont<br>une argumentation basée sur des peurs et des fantasmes.<br> Tu cites le président du Luxembourg, et il dit bien qu\’il n\’y aura<br>pas de renégociations. Dans les faits il y en aura peut-être une, mais<br>c\’est pas sûr du tout. Si on arrivait à se mettre d\’accord, il<br>faudrait faire revoter le texte dans tous les pays. De plus il a quand<br>même fallu plus de six ans pour arriver à un consensus entre des<br>gouvernements de gauche et de droite, des pays libéraux, et<br>interventionnistes, religieux et laïques… Quand on sait que les<br>opposants anglais et hollandais au texte le sont parcequ\’elle est trop<br>sociale, trop interventionniste, on voit les risques auxquels on<br>s\’expose en renégociant. La pologne réclamerait à nouveau peut-être<br>l\’inscription de l\’héritage chrétien (car aujourd\’hui c\’est un parti<br>catho qui est en force la bas, surfant sur la mort de Jean Paul)On<br>serait bien obligés de faire des concessions pour ne pas paraître<br>arrogants.<br> &nbsp; &nbsp; &nbsp; Mais même avant, quelles renégociations ? C\’est Chirac qui la<br>mènera. En se basant sur quoi? Personne ne le sait. Comme la moitié au<br>moins des arguments développés par les partisans du non sont des<br>mensonges et des abérations(là je parle pas pour toi, tu es souvent<br>plus réfléchi), on ne pourra pas revenir sur des choses qui n\’existent<br>pas. (donc les gens revoteront non sur les même mensonges).<br> &nbsp; Quand aux autres arguments, lesquels défendre, ceux de droite et<br>d\’extrême droite, ceux d\’extrême gauche, ceux des souverainistes qui<br>veulent plus de pouvoir pour la France, ceux de quelques fédéralistes<br> »,1]
);

//–>
Nice qu’on a aujourd’hui. Ce sont les même règles. Je suis persuadé
que dans les vingt ans, il y aura des modifications si des points
posent problèmes. Si un pays veut exiger une modif, il met un veto sur
toutes les décisions à l’unanimité, et donc les autres doivent
négocier ensuite si c’est réalisable. (De Gaulle et la politique de la
chaise vide)

Enfin la fameuse renégociation du traité. Les partisans du non ont
une argumentation basée sur des peurs et des fantasmes.
Tu cites le président du Luxembourg, et il dit bien qu’il n’y aura
pas de renégociations. Dans les faits il y en aura peut-être une, mais
c’est pas sûr du tout. Si on arrivait à se mettre d’accord, il
faudrait faire revoter le texte dans tous les pays. De plus il a quand
même fallu plus de six ans pour arriver à un consensus entre des
gouvernements de gauche et de droite, des pays libéraux, et
interventionnistes, religieux et laïques… Quand on sait que les
opposants anglais et hollandais au texte le sont parce qu’elle est trop
sociale, trop interventionniste, on voit les risques auxquels on
s’expose en renégociant. La Pologne réclamerait à nouveau peut-être
l’inscription de l’héritage chrétien (car aujourd’hui c’est un parti
catho qui est en force la bas, surfant sur la mort de Jean Paul)On
serait bien obligés de faire des concessions pour ne pas paraître
arrogants.
Mais même avant, quelles renégociations ? C’est Chirac qui la
mènera. En se basant sur quoi? Personne ne le sait. Comme la moitié au
moins des arguments développés par les partisans du non sont des
mensonges et des aberrations(là je parle pas pour toi, tu es souvent
plus réfléchi), on ne pourra pas revenir sur des choses qui n’existent
pas. (donc les gens revoteront non sur les même mensonges).
Quand aux autres arguments, lesquels défendre, ceux de droite et
d’extrême droite, ceux d’extrême gauche, ceux des souverainistes qui
veulent plus de pouvoir pour la France, ceux de quelques fédéralistes

<!–
D([« mb », »qui disent non car cela ne vas pas assez loin, ceux des ultralibéraux<br>(Madelin a dit qu\’il savait pas encore ce qu\’il allait voter car le<br>libéralisme n\’avait pas besoin d\’être autant encadré) ou des<br>anticapitalistes ? &nbsp;Travail très difficile que celui de Chirac, qui a<br>lui même dit qu\’il n\’y aurait pas de renégociation, et qui devrait<br>s\’humilier à négocier avec les arguments contradictoires de ses<br>adversaires…<br><br> &nbsp; &nbsp;Donc la renégociation est une chimère je pense, et même si elle<br>avait lieu elle ne satisferait pas. On a le droit de dire non, mais<br>dire non pour dire oui est illusoire.<br><br> &nbsp; &nbsp;Donc la question posée est : acceptez vous qu\’on adopte ce traité<br>constitutionnel européen, ou préférez vous rester à la situation<br>actuelle, qui est tant critiquée par les partisans du non ?<br> &nbsp; Je laisse la réponse à Mehdi dans le texte qu\’il nous a envoyé:<br><br> &nbsp; &nbsp; &quot;Et puis la constitution Européenne ne me fait pas peur, c\’est un<br>bien meilleur traité que celui de Nice. Tout le monde est d\’accord<br>pour affirmer que l\’Europe est en crise, qu\’il faut adopter un autre<br>texte. &quot;<br><br>Mehdi, j\’espère que tu peux encore changer d\’avis. Si tu as peur de te<br>faire hacher par Cécile si tu le fais, tant pis, ne lui dit pas, tu<br>seras seul dans l\’isoloir… Cette nuit j\’ai fait un rêve: le jour des<br>élections, dans un champ, plein de monde, esprit de fête. Les isoloirs<br>étaient en brique rouge, immenses, très beaux. Il y avait un isoloir<br>pour le oui, un pour le non.C\’était pas très démocratique mais cela ne<br>choquait pas. Tu étais là, toi aussi, sourire narquois aux lèvres.<br>Mais je ne sais pas dans quel isoloir tu es allé… ni dans lequel tu<br>iras.<br><br>PS: quelques arguments pour le oui en quelques lignes:<br><br> &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; les institutions évoluent pour être plus<br>efficaces et plus lisibles (systèmes de décisions sont clarifiés, des<br> »,1]
);

//–>
qui disent non car cela ne vas pas assez loin, ceux des ultralibéraux
(Madelin a dit qu’il savait pas encore ce qu’il allait voter car le
libéralisme n’avait pas besoin d’être autant encadré) ou des
anticapitalistes ?  Travail très difficile que celui de Chirac, qui a
lui même dit qu’il n’y aurait pas de renégociation, et qui devrait
s’humilier à négocier avec les arguments contradictoires de ses
adversaires…

Donc la renégociation est une chimère je pense, et même si elle
avait lieu elle ne satisferait pas. On a le droit de dire non, mais
dire non pour dire oui est illusoire.

Donc la question posée est : acceptez vous qu’on adopte ce traité
constitutionnel européen, ou préférez vous rester à la situation
actuelle, qui est tant critiquée par les partisans du non ?
Je laisse la réponse à Mehdi dans le texte qu’il nous a envoyé:

« Et puis la constitution Européenne ne me fait pas peur, c’est un
bien meilleur traité que celui de Nice. Tout le monde est d’accord
pour affirmer que l’Europe est en crise, qu’il faut adopter un autre
texte.  »

Mehdi, j’espère que tu peux encore changer d’avis. Cette nuit j’ai fait un rêve: le jour des élections, dans un champ, plein de monde, esprit de fête. Les isoloirs
étaient en brique rouge, immenses, très beaux. Il y avait un isoloir
pour le oui, un pour le non. C’était pas très démocratique mais cela ne
choquait pas. Tu étais là, toi aussi, sourire narquois aux lèvres.
Mais je ne sais pas dans quel isoloir tu es allé… ni dans lequel tu
iras.

PS: quelques arguments pour le oui en quelques lignes:

les institutions évoluent pour être plus
efficaces et plus lisibles (systèmes de décisions sont clarifiés, des

<!–
D([« mb », »coopérations renforcées plus simple, une répartition moins complexes<br>des droits de vote, un ministre des affaires étrangères pouvant<br>s\’exprimer lorsqu\’il y a une position commune, un président plus<br>facilement identifiable, etc.),<br><br>il y a des avancées en matière de contrôle démocratique (le parlement<br>voit son rôle renforcé, il peut bloquer beaucoup plus de décisions<br>grâce à la procédure de codécision, il vote le budget… de plus la<br>possibilité certes symbolique mais qui peut avoir un poids politique<br>de réunir une pétition d\’un million de personnes, qui sera examinée<br>par la commission pour mettre en application la constitution)<br><br> &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;il y a des avancées dans d\’autres domaines notamment la<br>protection de l\’environnement(importantes), l\’entente commune sur la<br>sécurité et la recherche<br> &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; c\’est aussi une avancée symbolique que d\’avoir un traité que<br>l\’on appellera constitution, d\’avoir un président; c\’est la<br>construction européenne qui avance, et même si elle va lentement et<br>que tout n\’est pas parfait, c\’est un bon pas.<br> &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp; &nbsp;enfin sur les droits sociaux, certes cela n\’apporte<br>généralement rien de neuf pour la France, mais c\’est important<br>d\’élargir la construction européenne hors du seul domaine économique.<br>Et c\’est important pour d\’autres pays moins avancés. De plus la&quot;clause<br>sociale&quot; dit que les politiques de l\’union doivent respecter dans<br>l\’esprit ces droits sociaux, ainsi que le respect de l\’environnement,<br>et la diversité culturelle.<br><br> »,0]
);

//–>
coopérations renforcées plus simple, une répartition moins complexes
des droits de vote, un ministre des affaires étrangères pouvant
s’exprimer lorsqu’il y a une position commune, un président plus
facilement identifiable, etc.),

il y a des avancées en matière de contrôle démocratique (le parlement
voit son rôle renforcé, il peut bloquer beaucoup plus de décisions
grâce à la procédure de codécision, il vote le budget… de plus la
possibilité certes symbolique mais qui peut avoir un poids politique
de réunir une pétition d’un million de personnes, qui sera examinée
par la commission pour mettre en application la constitution)

il y a des avancées dans d’autres domaines notamment la
protection de l’environnement(importantes), l’entente commune sur la
sécurité et la recherche
c’est aussi une avancée symbolique que d’avoir un traité que
l’on appellera constitution, d’avoir un président; c’est la
construction européenne qui avance, et même si elle va lentement et
que tout n’est pas parfait, c’est un bon pas.
enfin sur les droits sociaux, certes cela n’apporte
généralement rien de neuf pour la France, mais c’est important
d’élargir la construction européenne hors du seul domaine économique.
Et c’est important pour d’autres pays moins avancés. De plus la »clause
sociale » dit que les politiques de l’union doivent respecter dans
l’esprit ces droits sociaux, ainsi que le respect de l’environnement,
et la diversité culturelle.

Publicités
Explore posts in the same categories: Referendum constitution européenne débat

Étiquettes : , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :