Pierre Moscovici à la tête du PS ?

En novembre 2007, Pierre Moscovici nous rend visite à Toulouse. Rencontre très intéressante, où il dévoile ses légitimes ambitions.

A l’époque cependant le PS est inaudible et flou, et Pierre n’a pas encore acquis de visibilité. Je suis donc septique, et voit d’un bon oeil la démarche de Delanoë, floue mais qui semble assez proche de nous.
Mais depuis, n’ayant été convaincu ni par Ségolène ni par Bertrand, j’espère et pense que Pierre peut réussir.

Pierre Moscovici peut être un bon secrétaire général de reconstruction, de travail.

Si le duel annoncé ne s’est pas produit, que 5 ou 6 motions se présentent, telle est la configuration, c’est lui que je préferrerais, autour du manifeste pour un socialisme nouveau et de socialisme et démocratie, éventuellement avec des soutiens plus larges (lesquels?).

Pour autant cela ne doit pas être une nouvelle stratégie, un nouvel étendard, un nouveau combat.

Le PS est pénalisé aujourd’hui de par le manque d’une direction forte, légitimée et crédible, qui puisse sur chaque sujet exprimer la position majoritaire du parti, et auxquelles les médias s’adresseraient (Mosco tient ce rôle pour les questions internationales).

Il manque une unité, une cohérence, un travail en ammont, des choix.

Il ne faudrait pas d’un secrétaire de régénération, qui soit sans cesse dépassé par les rivalités de personne pour la présidentielle, où on verrait sans cesse Ségolène, Bertrand, Manuel et les autres donner leur position sur tout tout le temps (les motions sont là pour cela en ammont). Le PS serait alors inaudible, divisé, et le travail de fond en serait perturbé.

Le choix de leader et de ligne ne doit donc pas être sous-estimé, cela impulse ensuite la mise en cohérence, le travail, et si les conditions sont bonnes, cela clos ce débat qui peut être stimulant mais parfois destructeur, la machine à perdre qui peut se mettre en route. Cela suppose donc de renoncer explicitement à un système de primaires ou autres plus tard.

Celui-ci aura un rôle interne d’abord, et non pas celui de s’opposer en permanence à Sarko sans avoir encore les armes pour le faire, puis de plus en plus le rôle d’opposant incarné, s’appuyant et organisant son parti.

Ainsi si les rapports de force et son programme s’y prètent, peut-être sera-t-il mieux de soutenir par exemple Bertrand Delanoë, qui prendrait la tete d’un PS rassemblé assez tôt, de manière claire… Auparavant SD doit présenter sa motion, il ne s’agit pas de refaire une grande motion 1, ou alors sur des convergences profondes et ambitieuses, qui existent en partie je pense entre proches de DSK, jospiniens, et certains partisans de Royal : la volonté d’une réponse globale et réformiste aux évolutions du monde et de la société, une adaptation profonde mais qui ne se limite pas à des ajustements par segments, pris aux uns et aux autres comme le propose celle-ci.

Donc oui à Mosco, si la situation s’y prette. Dans tous les cas il aura un rôle important.

Publicités
Explore posts in the same categories: Chez les socialistes de la présidentielle 2007 au congrès de Reims, Le congrès socialiste 2008 en marche, Socialisme et démocratie

Étiquettes : , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :