Meeting réussi de Delanoë

Je rentre du meeting.

Beaucoup de mondes, de tous âges, bonne ambiance, belle organisation.

J’ai vraiment apprécié ce meeting, la forme, le fond, l’espoir et la joie qui s’en dégagent.

La musique très bien ce jeune groupe électro-saoul funky.

Quelques discours courts au début, sauf Malvy qui s’est attardé, des messages de soutien intéressants (Martine Aubry, maires de Saragosse et de Barcelone…)

Un bon discours combatif de Cohen, percutant et intélligent. L’homme est touchant de par une impression de timidité qu’il donne parfois. C’est vrai que c’est un moins bon orateur que Delanoë ou que Moudenc ou Forget, mais il s’améliore.

Puis Bertrand Delanoë, brillant, pertinent. Il donne son soutien à Cohen, pour la campagne et pour après, il y aura des échanges d’experience et d’idées.

Il a parlé un peu de Toulouse, beaucoup de Paris, des enjeux de cette élection, et aussi, avec humour et verve, de politique nationale.

Très à l’aise, il alterne le sérieux, le décontracté, les moments d’émotions et de rire, les passages très politiques, d’autres plus généraux.. J’ai été impréssionnée sur la forme, deux ou trois niveau au dessus de Ségolène que j’avais pu voir l’an dernier.

Il marque des points pour le futur. On le connait finalement assez mal. Je ne m’attendais pas à un tel sens politique, une telle maîtrise de la parole, à des idées claires et fortes.

Cela reste très général, un beau conte raconté, un show bien maitrisé. Les qualités apparentes sont beaucoup pour l’instant de l’ordre de la présentation et de la comm’, et que l’on ne sait pas trop encore ce qu’il pense ou propose, et on peut craindre qu’il soit classiquement jospino-parisien (ce qui a des qualités, et quelques défauts). J’ai cependant apprécié sa défense du renouveau nécessaire de la lecture et de l’engagement politique. A voir, mais on peut penser qu’il incarnera rapidement une alternative à Ségolène Royal dans le parti, ce qui la neutralisera pour le congrès de novembre et permettra éventuellement l’émergence d’une force d’interposition et de travail.

Concernant Toulouse, Cohen et lui ont voulu souligner notamment deux choses : la bonne gestion et l’innovation sont les instruments de la gauche contrairement aux caricatures.

Egalement que enfin il pourrait y avoir une formidable synergie entre la région, le département et l’agglomération urbaine, porteuse de projets intéressants.

Bravo. Une belle ambition de gauche pour la ville de Toulouse.

Publicités
Explore posts in the same categories: Politique locale

Étiquettes : , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :