Kader Arif veut contraindre Pierre Cohen à cumuler !

J’avoue être déçu.

Peut être trop naïf, j’ai un peu le sentiment d’avoir été trompé.

Momentanément, car je ne pense pas que cela dure, cela ne peut être qu’un retard coupable dû à une erreur d’analyse passagère. Je compte en tout cas souffler en ce sens.

De quoi s’agit-il ?

Un cumul qui traine…

Depuis quelques temps je m’interroge : comment se fait-il que Pierre Cohen soit encore député, et que pour l’instant rien ne soit mis en route au PS pour préparer la succession.

En effet, durant la campagne, il a annoncé à TLT, comme dans la presse ou certains tracts, qu’il allait remettre son mandat au parti (j’ai pesté plusieurs fois contre cette formulation très technocrato-politicienne, sans penser que cela pouvait entrainer un cumul par inertie…) Déjà auparavant c’était un engagement face aux militants dans sa professsion de foi.

Il va même parfois plus loin : ainsi, à cette interview qu’il donne au site municipale 2008 : « Si je suis élu, je remettrai mon mandat de député entre les mains du parti socialiste qui organisera des élections partielles. Je souhaite me consacrer uniquement à mon mandat de maire. « 

Ou encore, au lendemain de son élection, à la dépêche : « Serez-vous maire de Toulouse à plein temps et dans ce cas, abandonnerez-vous votre mandat de député ?

Je serai, en effet, maire de Toulouse à temps-plein. J’ai prévu de remettre mon mandat de député au Parti socialiste. Ce n’est pas à moi qu’il appartient de décider de déclencher un scrutin pour désigner mon successeur. »

C’est donc assez clair, même si la justification est assez fumeuse, lorsque l’on a décidé de démissionner, on le fait. On annonce sa décision, et on voit avec le parti pour le timing, pour ne pas le prendre par surprise. Cela me rappelle Daniel Bouton, président de la société générale, qui a présenté sa démission à son conseil d’administration, qui l’a refusé, et puis donc bon c’était ok… Quelle blague…

Mais fidèle à sa parole, il a annoncé en mars qu’il allait remettre sont mandat de député PS au parti. Certains ont cru, comme moi, que cela signifiait évidemment démission. (franchement, quel intérêt aurait le parti à se saborder en refusant ?) Puis plus rien.

Là où ça commence à déraper, c’est dans l’interview du journal 20 minutes quelques semaines plus tard où il explique qu’il ne démissionera de son poste de député que si le Parti Socialiste le lui demande.

Donc demandons lui ! Il serait dommage de ternir ce mandat pour lesquels nous avons beaucoup d’espoirs pour Toulouse par des considérations politiciennes. C’est d’ailleurs sa volonté, comme exprimée précédemment.

Pendant la campagne, de nombreuses fois on m’a attaqué sur le cumul. J’ai défendu Pierre sur la base de ses déclarations et de la confiance en mon parti. Aujourd’hui je suis donc mal à l’aise, comme beaucoup.

J’en parle donc à Hugues et à d’autres hier.

Le soir au conseil fédéral, que j’étais venu voir en spectateur, j’envisageais d’intervenir sur cette question spécifique. Mais Hugues m’a devancé et a englobé cette question dans son intervention.

Réponse du premier fédéral, qui m’a abasourdi (je vous rappelle que je suis naïf) : en gros « oui, j’ai reçu la lettre, mais j’estime que cela n’est pas à l’ordre du jour, Pierre Cohen est un bon député-maire, cela ne s’organise pas comme ça… Et puis cela n’agite pas la rue et les sections… »

Si si, véridique !!! Le cumul d’arguments médiocres ne les rend pas implacables… Il devait être pris au dépourvu, dans cette fédé qui s’est un peu endormie, on a un peu trop laissé le bureau fédéral gérer tout seul.

En gros, les gens s’en foutent et j’ai décidé tout seul sans vous en parler.

Ca change d’avant-hier, où on affirmait ensemble qu’il fallait retrouver du respect, de la convivialité, du débat entre nous. Aujourd’hui la douche froide, certains préfèrent les décisions de couloir, le pouvoir personnel, le mépris.

Pourtant il avait commencé en parlant de la nécessité du respect réciproque pour que le congrès se passe bien. Chiche.

La salle a grondée, des militants ont réagi, mais après un flottement, personne ne prenant l’initiative d’un droit de suite sur cette question (il me semble que Pierre Cohen avait alors fait son apparition dans la salle ce qui a pesé…), on est passé à autre chose. Mais cela n’est bien sûr pas terminé. …

Il ne faudrait pas oublier que le conseil fédéral est une instance de décision, et pas de retranscription des décisions personnelles du premier secrétaire. Il y a quand même moyen de se réaproprier le pouvoir, non ?

Que faire maintenant ?

-Il faut donc continuer à interpeller, et voir si statutairement un vote n’est pas possible sur la question. (quand il remet son mandat au parti, est-ce à Kader seul de décider ?)

-Il faut soulever la question en section, pour vérifier le pronostic audacieux de Kader selon lequel cela ne les intéresse pas.

-Peut être peut-on lancer une pétition également, dans et hors du parti, (puisque cela n’intéresse pas la rue…)

Face à leurs contradiction, à l’évidence des faits, il faut leur laisser une porte de sortie pour ne pas transformer cette question en enjeu de pré-congrès qui cristalliserait des postures.

C’est dans ces moments, là où nous sommes tout puissant, que nous devons montrer que nous sommes exigeants avec nous mêmes. Le PS doit montrer là collectivement qu’il a les ressources pour se surveiller, et corriger les facilités qui peuvent apparaître. Ce n’est pas une attaque contre Pierre Cohen, mais un soutien du parti à sa difficile et ambitieuse mission de maire, et un rappel à l’ordre collectif face à ce qui nuit à notre crédibilité, et qui sera utilisé par la droite demain.

Rappel :


Il est actuellement maire de Toulouse, petit bourg provincial quatrième ville de France.

Il est président de la communauté d’agglo, qui est en passe de devenir une communauté urbaine. Ce n’est pas automatique, certains offrent ce poste à une autre personnalité du parti, ou à une ville périphérique. Mais cela peut se comprendre, c’est très lié à la ville centre.

C’est donc un boulot énorme.

Et Pierre est député. Ce qui en soi devrait se suffire à lui même ou quasiment. Le mandat unique parlementaire n’est pas une berlue.

Tout cela fait donc trop.

Pourquoi doit-il abandonner son siège de député :

-parcequ’il l’a promis, cela a été compris comme cela, il faut tenir ses promesses au risque de discréditer le parti ou le début de mandat

-car il a trois fonctions très importantes, il est donc obligé de répartir son temps ce qui dessert son travail parlementaire ou local.

-car cela fait une concentration des pouvoirs dans les mêmes mains qui n’est pas optimale en démocratie

-pour faire profiter à quelqu’un d’autre de la chance de pouvoir être député / faire monter des gens au PS (il n’y a peut être pas de candidats…)

Il faut donc rapidement mettre en oeuvre un processus de législatives partielles, sans précipitation mais sans ajournement. Oui, au risque de les perdre, c’est la démocratie, et avec un bon candidat, nous la gagnerons. Tactiquement, plus on attend plus la droite peut se reconstruire au niveau local et se refaire une santé au niveau national (présidence de l’UE, retour de croissance..)

Publicités
Explore posts in the same categories: Chez les socialistes de la présidentielle 2007 au congrès de Reims, Politique locale

Étiquettes : , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

10 commentaires sur “Kader Arif veut contraindre Pierre Cohen à cumuler !”

  1. Gabriel Says:

    Une manifestation devant le Capitole, ça peut le faire aussi : « Cohen, démission » (de son mandat de député, bien-sûr) !

  2. Hugues Says:

    J’aime particulièrement le titre. Le reste aussi mais le titre est un bon angle d’attaque.


  3. Et bien tu n’y vas pas par le dos de la cuillère … et entre nous tu as bien raison.
    Je retiens dans ton argumentaire non les déclarations mais le fait que Toulouse n’est pas un petit bourg de province mais une grande ville, Grand Toulouse comme ils disent.

    Maintenant, Kader Arif n’est il pas directement intéressé par ce mandat national ?

  4. janirah Says:

    Tu veux dire qu’il préfère que Pierre Cohen cumule jusqu’en 2012, pour pouvoir lui succéder alors, car il ne sera plus député européen ?

    Je n’y avais pas pensé, mais s’il continue à bloquer le truc, ça pourrait expliquer ceci. C’est vraiment une question à se poser.

  5. Hugues Says:

    Aucun strauss-khanien parlementaire sur les 13 à 14 postes pour la Haute-Garonne… il va falloir faire naître des vocations camarades.

  6. janirah Says:

    Sans doute, mais c’est un autre débat.

    L’objectif est surtout pour moi de faire respirer la démocratie locale, de respecter les engagements, de reprendre le pouvoir collectivement dans le PS etc.

    Même si c’est un très proche de Cohen qui devient député, c’est mieux que le cumul.

    Après bien sûr le recul du cumul est l’occasion de faire émerger de la diversité, une meilleure représentativité : parité, milieu professionnel, origines sociales ou géographiques, courants internes.

  7. Didier Says:

    Bonjour,
    J’étais en spectateur à ce CF (édifiant de mépris), cet épisode, mais aussi Kader qui après son discours s’en va et n’écoute pas la suite, la réponse « bidon » à l’intervention de Hugues, et le traitement lamentable des amendements sur le texte des Principes par un apparatchik « qui n’a pas le temps » selon ses dires. Bref une belle « leçon de démocratie ». C’est sur, ça donne envie !!
    Pour répondre à Kader sur le « çà n’intéresse pas les sections » par rapport au cumul, demandez à vos secrétaires de sections, qui l’ont tous reçu, le texte de lamotion votée à l’unanimité par la section Tlse9 le 14 mai. Il n’avait probablement pas eu le temps de la lire !!!


  8. Très content de t’avoir rencontré. Je savais depuis vendredi que nous avions la même approche du cumul des mandats et que comme avec tous les politiques: « les promesses n’engagent que ceux qui les recoivent ».

  9. chouka Says:

    Non Philippe, les promesses engagent ceux qui les font.
    C’est l’exigence collective de contrôle et de suivi qui fait une démocratie forte, pas seulement un choix à un moment donné.

    Je ne critique pas les politiques en soi, au contraire, la plupart sont intègres.

  10. Mary Chung Says:

    If only more people could read this.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :