Présentation de la démarche et parcours politique

Revenu, comme dans un songe

En voie d\'identification.

Ca y’est j’ai lancé mon blog. J’aime bien l’écriture et ses vertues, poser et structurer des idées, laisser une trace, refondre les textes plus tard.

Beaucoup de choses m’intéressent, mais mon blog n’a pas vocation à parler de tout. On verra comment il évoluera. Je choisirai de parler du PS, bien sûr, vu de l’intérieur, de politique, politicienne ou pas, et de quelques autres sujets.

J’ai mis dans cet espace fabuleux, accessible de partout, lieu de liberté, toute une partie de ma vie politique. Bien sûr je l’ai enjolivée, pas la peine de montrer tout de suite mes pires défauts.

Je me méfie aussi de ce concept de blogs. C’est une démarche qui peut être addictive, narcissique, qui peut aboutir à un projet dénaturé. On passe de l’écriture apaisée et maîtrisée à la soumission à l’audience, au temps (écrire chaque jour…). La palette d’intervention s’élargit, se banalise, on parle de tout et de rien, on se force etc.. On n’écrit plus pour dire quelque chose mais pour répondre à une demande fantasmée, pour exister virtuellement. Ainsi ce reportage de rue 89 :

Laurent Gloaguen, d’Embruns, me dit croire que le blogage était la raison principale de sa dépression nerveuse il y a deux ans. Il évoque les « causes exogènes », telles que les commentaires, les menaces de mort, les recommandés d’avocats:

« Il y a aussi les causes endogènes, où l’on se met la pression tout seul -ciel, quelqu’un dit une connerie sur Internet, il faut que je réagisse tout de suite!- ou encore, quand on ne veut pas rater l’actualité, être le premier à sortir un truc, etc. Sans oublier l’angoisse quand on a rien trouvé à bloguer, que l’on n’est pas inspiré. Et je ne parle pas de l’agrégateur, tonneau des Danaïdes qui ne se vide jamais, qu’il faut toujours écoper si l’on ne veut pas être noyé, l’infobésité galopante… Et les courriels, et les ‘twitts’, tout votre environnement technologique incite à la suractivité et la dispersion. Le blogage intensif encourage les comportements compulsifs, la procrastination à outrance et entretient un état de stress permanent.  »

D’autres partent dans des délires égocentriques, prennent la grosse tête, deviennent des managers professionnels de blogs… C’est un autre projet.

Pour autant, notamment au niveau politique, cela peut être un instrument important et intéressant. C’est un moyen de s’imposer par l’écrit pour ceux qui n’ont pas la même aisance orale, ou ne sont pas en mesure d’être écoutés. Cela peut transformer une page web en lieu de débat, construire une commuauté de lecteurs, impulser des projets. Quitterie Delmas au Modem fait partie de ceux qui ont émergé politiquement par leur blog.

Pour des politiques plus classiques, récemment, je pense que pour Mélanchon ou Pierre Moscovici, le blog a représenté un élément central de leur stratégie. Les dizaines voire centaines de commentaires réguliers, souvent constructifs, pris en compte par l’auteur dans l’article suivant, font vivre quelque chose. De très nombreux blogs mettent des liens vers ceux-ci. L’information passe beaucoup mieux qu’un site statique qui compile des communiqués de presse, se transmet de manière virale, parfois commentée et enrichie, parfois caricaturée ou critiquée.

Par ailleurs le nombre de blogueurs politiques augmentants, c’est autant de personnes qui passent plus de temps à réfléchir et écrire la politique, les idées construites peuvent passer sur d’autres supports, à l’oral, se reconfigurer. C’est intéressant. Cela a une traduction concrète, ces personnes peuvent se rencontrer, s’organiser.

Cela peut aussi servir de réel lieu d’expression, de revendication, de critique au niveau local, et certains blogs ont eu une réelle influence. Dans les pires des cas, lorsqu’ils gènent, l’indifférence laisse la place à la moquerie et au mépris, puis à la menace, notamment judiciaire… Parfois ils deviennent des acteurs plus ou moins reconnus, on a pu le voir lors des campagnes municipales.

A terminer

Publicités
Explore posts in the same categories: Uncategorized

One Comment sur “Présentation de la démarche et parcours politique”

  1. Timothée Says:

    pas mal ce petit billet, je m’y retrouve un peu.
    Moi, j’ai créé mon blog pour pouvoir apprendre à structurer mes idées, à m’intéresser à des trucs auxquels je ne m’intéressais pas. Bref pour progresser. Au final, on s’y prend et on s’éclate pas mal.
    @+


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :