Delanoë-Royal : Un grand numéro de théâtre (libéral ou pas?).

A propos de la déclaration des candidatures, on a déjà eu notre lot de formules ampoulées, alambiquées, de discours dont on doit faire l’exégèse pour savoir si, ou pas…

Ces jeux d’ombres et de lumières ont continués avec la sortie du livre de Bertrand.
Celui-ci, après avoir refusé une alliance avec le modem, ce qui a donné des gages à la partie plus radicale du parti, (même s’il y avait des raisons), a signé un texte assez classique, pour rassurer le parti traditionnel, puis a fait mousser quelques formules dans son livre, pour tenter d’apparaître « moderne » (anti-tabous, innovant dans ses termes), et plus centro-compatible.(les journalistes ont sauté sur l’occasion, sans relever les contradictions et les jeux de rôles, comme s’ils n’étaient plus qu’un tableau de transmission, ou car ils ont facilité et intérêt dans la mise en scène du « duel », ou encore par recherche de l’inédit, comme certains blogueurs qui tentent de truffer leurs articles de mots clefs qui leur apporteront des visites par google)

Même si la ficèle était un peu grosse, ça fait partie de toute campagne a visée majoritaire…

Mais maintenant ça frolle le ridicule. On pensait qu’il pouvait y avoir un affrontement assez clair, entre deux sociaux-démocrates, mais avec Ségolène plutôt positionnée en social-libérale, avec quelques accents gauchistes ou compassionnels sur quelques axes de crispations, et Delanoë plus classique dans sa vision de la politique et des réponses à apporter.

Mais est apparu cette polémique sur le mot libéral…

Ce soir après avoir vu le résumé politique du week-end, j’ai trouvé ça afligeant. Ils ont quand même tous les deux beaucoup mieux à nous offrir (et il le ferront heureusement aussi parfois).

Ségolène et certains de ses partisans font semblant de croire que Delanoë prône le libéralisme économique, ( et n’hésitent pas à le caricaturer en ultralibéral); elle qui était la plus libérale économiquement devient soudainement et brutalement antilibérale (alors que certains de ses proches, Gorce ou Mignard, voire Peillon, pronent une réconciliation du libéralisme et du socialisme)

En face, Bertrand a laissé passer au début la confusion, (notamment en liant la notion à la concurrence et au management comme méthode d’action politique) et fait semblant d’avoir l’ « audace » de défendre le libéralisme politique !!! (que les socialistes, et même aujourd’hui les communistes ou Besancenot sans doute, ont acceptés avant sa naissance)

Et il fait semblant de croire qu’il est attaqué là dessus. Et donc de répondre dans de grandes tirades sur la peine de mort…

Bien sûr, la gauche du parti se sert allègrement dans cette grande duperie socialiste, pour dire que décidément tout fout le camp au PS (sauf eux).

Débat médiocre et stérile, que certains journalistes fatigués alimentent, en se contentant de susciter la « petite phrase ». Lorsque Guigou, mais également certains commentateurs, disent : « au moins il lance le débat de fond… » Le débat de fond de tiroir, sans doute. C’est là que j’ai envie de pleurer, de larmes amères et acides, qui pour quelques instant troublent mon regard sur cette société qui me fait chier…


Je suis atterré, usé déjà comme ils le seront après des mois d’affrontement de ce (ca)niveau. Car là où il pouvait y avoir un débat exigeant et complexe, on voit un affrontement de posture assez ridicule, auquel les acteurs ont intérêt pour exister et s’imposer comme dualistes incontournables, pour mettre en scène des divergences qui sinon sont trop peu visibles.

Certains journalistes, les deux candidats eux-même, la gauche ostracisante du PS, a intérêt dans ce petit jeu, et le font donc durer… Au détriment de la clarté du débat, des vrais questions de fond, du respect des militants…

Gardons toutefois espoir pour le parti, eux et les autres n’en resteront pas là…

Publicités
Explore posts in the same categories: Chez les socialistes de la présidentielle 2007 au congrès de Reims, Le congrès socialiste 2008 en marche

Étiquettes : , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

10 commentaires sur “Delanoë-Royal : Un grand numéro de théâtre (libéral ou pas?).”

  1. Pinocchio Says:

    Très bonne analyse

  2. Florent Says:

    Je le trouve, à tout prendre, beaucoup plus intéressant que le « débat » sur « qui a le plus la stature d’un chef », ce débat sur le libéralisme politique.

    Pour le coup, en plus du petit côté provoc’, Delanoë, je trouve, reste tout à fait dans un socialisme classique, mais non dénué d’un esprit offensif vis-à-vis de la droite. Il ne s’agit pas de parler de libéralisme comme d’un renoncement, mais comme un terrain d’affrontement avec elle.

    On verra, bien sûr, quand le texte arrivera, mais, au moins Delanoë est-il lisible, quand la blogosphère royaliste est en pleine panique : un jour un billet pour expliquer qu’elle a cité Toqueville avant lui, un jour un billet pour expliquer qu’elle est « interventionniste », c’est la panique.

    Ce qui, selon moi, invalide largement ta conclusion : on aborde là une question de fond, un « impensé » du parti socialiste, qui n’est pas nouveau. Il y a là quelque chose de pavlovien chez les militants socialistes, qu’il serait utile de dépasser

  3. janirah Says:

    Je ne critique pas Delanoë d’avoir parlé de libéralisme politique, et en marge d’une forme de méthode libérale économique (management et concurrence politique).

    Mais après il n’y a eu aucun débat !
    Tout le monde jusqu’à Besancenot est d’acord pour le libéralisme politique, même le mot ne choque pas, et Delanoë a donc fait beaucoup de bruit pour rien.

    Ségolène répond sur le libéralisme économique, là il pourrait y avoir un déat complexe, d’une manière définitive et contraire à ce qu’elle a pu dire avant…

    Donc l’impensé socialiste, le « libéralisme économique, où pourquoi comment hier aujourd’hui et demain ? » n’est pas ébranlée par cette comédie.

  4. much ado Says:

    Justement, se dire libéral politique est une telle banalité que je pense que Delanoë n’a pas pensé que l’on pourrait déformer sa pensée ou faire tout un pataquès là-dessus. Ce qu’il a voulu faire c’était surtout redessiner la division droite/gauche rendue floue par l’ouverture et tous les gadgets sarkozyens en prenant le libéralisme sociétal comme critère et pour renvoyer la droite dans le camp conservateur. Donc, à ceux qui disent que droite et gauche c’est kif-kif, il voulait dire : droite = conservatisme / gauche = progressisme. C’est une stratégie, pas des plus innovantes, d’ailleurs, dont je m’étonne qu’elle ait suscité autant de remous. Cette pseudo-« audace » serait passée inaperçue si Hamon et Royal n’avaient pas joué là-dessus, Hamon par conviction un peu exacerbée qui fait qu’il soit allergique au mot même, Royal par opportunisme. Vraiment, beaucoup de bruit pour rien. On savait bien que BD n’était pas un autoritariste ni un totalitariste.

  5. christian Says:

    Pensez vous que les Français qui gagnent moins de 1000 euros par mois sont attentif à Delanoé quand il parle de libéralisme.Jospin n’était pas au second tour en 2002,Delanoé qui représente cette gauche bobo moisie avec en arrière plan les Jospin, Vaillant, Glavany,et tous ces socialistes du passé n’y sera pas non plus.Je suis adhérent depuis de nombreuses années au PS, je ne voterai jamais pour Delanoé candidat imposé par Sarkosy et poussé par les médias sur ordre du chateau.Ce parti me degoute de plus en plus,Mitterand s’y est pris à trois reprises pour gagner en 1981.Et Jospin qui n’etait meme pas au second tour en 2002 revient encore en sous main soutenir Delanoé.C’est à gerber

  6. francis Says:

    delanoe fait avec le terme liberal la même manoeuvre si bien réussie par sarkozy sur le vocable travail: on prend les valeurs d’en face, avec du débat de fond, mais surtout en comptant sur la bulle médiatique poyur déstabiliser l’ « adversaire »….

  7. reyo38 Says:

    Jospiniste dans le PS de 1988 à 2002, je dois avouer que j’attendais plus et mieux du « pré-texte » de Bertrand Delanoë, qui manquait singulièrement de souffle. Concernant ce texte, j’avais en fait l’impression de retrouver uniquement le débat sur la nature du Parti qui s’était posé au moment du Congrès de Rennes (qui n’a pas été que l’affrontement délétère qu’en retiendra l’histoire). Tout se passe comme si Bertrand et consorts reprenaient le fil d’une discussion entamée il y a 15 ans.

    Sauf qu’entre-temps, beaucoup de choses ont changé, à gauche, en France et dans le monde. On est plus dans un « moment » social-démocrate à accompagner le mieux possible mais dans une période où s’impose une redéfinition de beaucoup de choses.
    Or, là, on reste dans la tactique et le positionnement avec les échanges du Week-end.
    Si je ne l’ai pas lu le bouquin de Delanoë, je pense sur le fond la même chose qu’Eric Dupin sur cette histoire de libéralisme. Rien à voir avec un débat de fond.

    Quel fossé avec les attentes des citoyens de gauche qui nous parlaient durant les municipales !

    PS : il doit être possible de franciser le thème wordpress

  8. much ado Says:

    Ecoutez, Christian, la violence irraisonnable de vos propos et le fait que vous insistez sur le fait que Mitterrand a dû s’y prendre à plusieurs reprises avant d’être élu me fait conjecturer que vous êtes ce qu’on appelle un royaliste ou un ségoléniste, je ne sais plus. Si vous trouvez que le parti est à « gerber », n’hésitez pas à le quitter, Royal d’ailleurs vient de dire que « les militants en ont assez de ceux qui dénigrent le parti. »

    « Pensez vous que les Français qui gagnent moins de 1000 euros par mois sont attentif à Delanoé quand il parle de libéralisme. »

    Il y a du populisme de bas étage et de l’incohérence dans ce propos.

    -incohérence : si les gens n’y font pas attention, justement, ce n’est pas la peine de faire tout un pataquès là-dessus comme l’a fait Royal; elle aurait mieux fait de consacrer le temps et l’énergie dépensés à flinguer Delanoë à se dévouer pour la défense des « Français qui gagnent moins de 1000 euros par mois. »

    -populisme : que cela vous plaise ou non, le PS est un parti à forte tradition intellectuelle et c’est bien ainsi. Les débats d’idée, les théories, les grandes synthèses et les textes fondateurs y ont une place importante, à la fois en tant que rituel du parti, ce qui fait son identité, et en tant qu’occasions de développer un regard englobant et cohérent qui donne au parti sa ligne directrice. Que les gens qui doivent trimer pour gagner leur vie n’y soient pas intéressés, c’est une chose; ce n’est pas pour autant que l’on doit balayer d’un revers de main les discussions des idées comme s’il s’agissait là d’une chose malpropre. Vous faites du poujadisme anti-intellectuel pur jus du genre « les petites gens elles s’en branlent de tout ça. » Excusez-moi, mais les « petites gens » sont aussi intelligentes que n’importe qui et attendent d’un parti et d’un(e) potentiel(le) candidat(e) à la présidence non seulement qu’il/elle lui fasse des promesses mirobolantes pour remplir leurs portefeuilles, mais qu’il/elle propose une vision d’ensemble pour le pays.

  9. chouka Says:

    En fait sur la question, j’ai un peu évolué, en lisant plus précisément ce qu’il avait dit.
    Il va en effet un peu plus loin que le libéralisme politique.
    C’est donc plus intéressant que je ne l’avais perçu, Florent a raison.

    Cela n’enlève rien au théâtre derrière, de lui mais plus encore de Hamon et de Royal.

    Christian, tu es très excessif et brutal, c’est un peu dommage, et ça décrédibilise ton propos.

    Reyo, je ne comprends pas ce que signifie : « il doit être possible de franciser le thème wordpress » ?

  10. Ciceroni Says:

    Somehow i missed the point. Probably lost in translation 🙂 Anyway … nice blog to visit.

    cheers, Ciceroni!!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :