La précipitation Anti-Royal

Ceci n’a rien à voir avec un phénomène climatique. Je parle pour l’instant assez peu de ceux-ci sur mon blog.

Il s’agit de la signature de la liste de soutien de Delanoë. J’en ai déjà parlé, ils furent nombreux en Haute-Garonne…

L’autre soir, j’ai rencontré quelques signataires un peu désabusés par le livre et les déclarations de Delanoë (de même qu’en face les déclarations anti-libérales de Ségolène ont du en secouer plus d’un). Il s’agit de proches de Emmanuelli notamment, qui se disent que finallement Hamon est, politiquement, bien sympatique.

Cela illustre une signature précipitée.

Tout d’abord sur le principe : La bataille de liste si tôt était précoce, un peu ridicule, voire génante : n’est-ce pas une tentative d’intimidation des militants en affichant les noms des caciques locaux ? A un moment, chacun se positionne, mais alors qu’il n’y a qu’un texte assez vague, et encore rien en face, c’est pour le moins prématuré.

Je distingue cependant trois types d’attitudes :

  • ceux qui ont une fidélité historique à Delanoë ou Jospin par exemple, bien identifiés, où qui le connaissent bien et s’en sentent proches. A partir du moment où le principe d’une liste de signataire était lancé, ils en étaient. (localement on peut penser à Cohen ou Arif)

  • Ceux qui ont signés par opportunisme, pensant se mettre très vite dans une future majorité locale (analyse d’ailleurs discutable). Mais je pense que les opportunismes purs sont rares. Mais cela peut être un critère qui décide ceux des deux autres catégories.

  • Les signataires anti-Royal : ils n’ont pas vraiment signés pour le texte. Il s’apprécient sans doute l’homme, son image, mais surtout son statut d’ opposant à Ségolène. Ils ont donc signés pour une démarche : il faut un chef au PS, et celui-ci doit faire barrage à Ségolène, aujourd’hui Bertrand est en position.

Le problème c’est que les deux dernières catégories risquent d’être déçues.

Les opportunistes doivent être conscient d’avoir pris un risque (pourquoi pas). S’ils ont voulu se planquer ou calculer pour l’avenir, cela risque d’être plus compliqué que prévus.

Les anti-Royal ont oublié que le duel n’était pas le seul scénario possible. Ils ont oublié qu’ils ne connaissaient pas vraiment les positions de Delanoë. Ils ont oubliés que des alternatives sont possibles, et on voit actuellement deux démarches qui peuvent se révéler intéressantes pour eux. Les reconstructeurs bien sûr, ambition de fond et de refondation, au delà de l’aspect tactique auquel certains le cantonnent, ainsi qu’une gauche du parti qui pourrait se révéler plus unie et plus combative que les dernières fois.

Enfin je me demande si en signant contre Ségolène, ils ne la renforce pas, lui permettant de ressortir l’argument des militants contres les apparatchiks…

Donc, certains l’avouent, il y a eu une certaine précipitation dans la signature. Certains ont bien fait, d’autres l’ont fait trop tôt, et d’autres enfin n’auraient pas du le faire.

Y aura t-il bientôt une liste de dé-signataires ?

Publicités
Explore posts in the same categories: Le congrès socialiste 2008 en marche, Politique locale

10 commentaires sur “La précipitation Anti-Royal”

  1. Julien Says:

    ça c’est pour toi camarade !

    Sur le « libéralisme »

    Une chose est de « ne pas jeter l’opprobre » sur le mot, mot qui a eu un sens face aux despotismes et au totalitarisme, notamment collectiviste, une autre est d’en faire aujourd’hui son étendard et de se l’approprier au point d’affaiblir le socialisme.

    Le mot « libéral » a un sens, et ce sens, c’est celui que nos adversaires lui ont donné. Le libéralisme a été préempté par une droite dure et, aujourd’hui, c’est le mot d’un capitalisme inquiétant, même lorsqu’il n’est pas accompagné du terme d’ « ultra ».

    Les libertés politiques et les droits de l’homme sont intégrés dans le socialisme démocratique depuis bien longtemps. Il est donc inutile de se dire libéral. C’est une source de confusion et c’est dangereux.

    La modernité politique ne passe pas par l’acceptation d’un libéralisme qui, à force de déréglementation, symbolise la perte de repères et l’écrasement de la personne humaine. Elle passe par la définition d’un socialisme du 21ème siècle, qui aille au-delà de simples ajustements à la marge des méfaits du libéralisme.

    Notre désaccord avec la droite porte sur la protection des libertés et la définition de nouveaux droits, mais aussi sur la politique économique et sociale (paquet fiscal, franchises médicales, casse de l'éducation nationale, abolition des 35h, retraites…).

    Se dire libéral et socialiste, c’est laisser croire que le socialisme ne parle pas de l’individu, de la liberté ou de l’efficacité économique et qu’il a besoin pour cela de l’apport du libéralisme. Or rien n’est plus faux.

    Car être socialiste, c’est :

    - voir que les services collectifs rendent les individus plus forts et d’une certaine façon plus libres (comment être libre quand on n’arrive pas à se loger, à se nourrir, ou quand on sort du système scolaire sans qualification ?) ;

    - mettre les sécurités et la solidarité au service de la libération des énergies et de la prise de risque (comment avoir l’esprit d’entreprise quand on vit dans l’incertitude et la précarité ?);

    - faire de la lutte contre les inégalités un moyen pour que chacun contribue à la richesse du pays et à sa compétitivité (comment se priver du dynamisme des jeunes des quartiers populaires ?) ;

    Le socialisme n’a pas besoin de se dire libéral. En luttant contre les inégalités, il réalise, lui, la promesse de liberté que ne tient pas le libéralisme. Le socialisme est un dépassement du libéralisme et pas une doctrine d’appoint.

    Sur la question du Parti et des alliances

    Nous voulons d’abord un parti fort car ouvert sur la société, ferme sur ses convictions et ses valeurs.

    Le parti socialiste doit être un centre de gravité pour la gauche. Une fois qu’il aura réaffirmé ses valeurs et défini son projet, tous ceux qui partageront ses ambitions, à gauche comme au centre, pourront nouer des alliances avec lui.

    Ségolène Royal


  2. On a l’impression qu’ils ont tous peur de louper le bateau. Dès qu’une embarcation passe, ils sautent dedans, sans forcèment en connaitre la destination !
    Opportunistes ? Bin ils essaient !!!

    (Pour Cohen, c’est particulier, il y a des liens persos entre Delannoe et le maire de Toulouse…).

  3. chouka Says:

    @ Monsieur Poireau: Pas tous, pas tous, quelques-uns…

    @Jullien : Ton spamming pro-Royal renforce ce que j’avais dit. Sa position sur le libéralisme est une posture, une volte face artificielle par rapport à ce qu’elle avait dit, et une caricature de la position de Delanoë. Elle fait semblant de confondre libéralisme et ultralibéralisme, et ne comprend pas la construction théorique qu’essaie de mettre en place Delanoë (criticable par ailleurs, mais pas de cette manière).

    Surtout elle oublie que c’est elle qui porte le social-libéralisme, et tout n’est pas à jeter dedans, au PS depuis quelques mois, dans ses mots, dans ses discours (accent mis sur les dette, entreprises, réforme de l’Etat, assistanat, critique des 35h, alliance avec le modem…) et dans son entourage : Valls un temps, mais aussi Gorce, Mignard et d’autres sont plutôt soc-lib. Peillon voulait récemment réconcilier liberté et socialisme…

    Donc ce changement de cap ressemble fort à l’entre deux tour : on jette les tracts anti-Bayrou et on le fais premier ministre. Cela confirme sa fragilité idéologique, et la malléabilité de certains de ses supporters, qui suivent.

  4. Julien Says:

    @ chouka

    Je te file un message à lire et tu le traîtes tout suite de « spamming pro-Royal »

    C’est très révélateur de l’état d’esprit actuel dans le parti…

    On peut bien filer un lien d’une camarade sans tout de suite être soupconné de quoi que ce soit, non ?

  5. chouka Says:

    Euh… T’es un peu de mauvaise foi : tu as posté un copié-collé d’un message de Ségolène en commentaire.

    Si c’est pas du spam !
    J’ai hésité à l’enlever, à cause de l’Etat d’esprit représentatif de celui du parti que j’ai, mais je l’ai laissé pour pouvoir y répondre. 😉

    Après, que tu commentes sur le fond, en défendant celle-ci, pas de problème, je ne compte pas censurer les idées.

  6. Julien Says:

    @ chouka

    Bon, on va y aller franchement maintenant.

    Je suis un militant socialiste tendance social-démocrate. Aux primaires de 2006 j’avais voté pour DSK. Et depuis il s’en est allé au FMI…

    Le congrès approchant, je me devais de faire un choix entre ce qui nous reste sur la scène socialiste. J’écarte tout hypothèse d’un non-présidentiable à le tête du parti car l’honnétété me conduit à dire que si DSK était présent j’aurai voté pour sa motion.

    Sur cette même lancée, j’ai trouvé plus utile de regarder du côté des camarades Delanoë (après lecture, trop Jospiniste teinté d’une fausse modernité!) puis Royal ce qu’ils proposent. J’attends de lire la contribution de cette dernière – qui me séduit le plus pour sa nouveauté dans l’approche de la chose publique – pour pouvoir définitivement me prononcer…

    Je suis content de constater que je ne suis pas le seul de S&D à être dans cet état d’esprit. Certains de mes camarades semblent même très avancés dans cette hypothèse: http://laval65.canalblog.com/

    Maintenant, pas la peine de me traîter de « Ségolèniste » ou mes messages de “spamming pro-Royal”.

    Je garde toute ma liberté de jugement: la contribution Royal m’enballera ou ne m’enballera pas ! EN attendant, c’est elle pour le moment qui m’intéresse…

  7. Tonio Says:

    Le contenu de la contrib de Royal n’a pour moi aucun sens particulier. Elle est capable de crucifier le Modem pendant 6 mois pour demander à Bayrou d’être son premier ministre la semaine suivante. Et idem avec, par exemple, le libéralisme ou quoi que ce soit d’autre. Je ne peux donc avoir aucune confiance dans sa contrib quine représente pas nécessairement ce qu’elle pense et qui ne l’engagera pas. Appelons ça la politique par la preuve…

  8. chouka Says:

    @Julien
    Tu dis avoir voté DSK aux primaires, et être dans une attitude de reflexion…
    Bon, déjà j’ai un doute.

    Quant on est dans cet état d’esprit, on n’arrive pas en postant des copié collé de Ségolène…

    Tu dis « J’écarte tout hypothèse d’un non-présidentiable à le tête du parti car l’honnétété me conduit à dire que si DSK était présent j’aurai voté pour sa motion. »

    Euh… et alors ? Je n’exclue pas non plus par principe de voter pour un présidentiable, sauf que les projets présentés par R et D pour l’instant ne m’ont pas convaincus, et qu’un choix présidentialiste n’est efficace que lorsqu’une large majorité le porte, sinon il y a match retour ensuite. On peut même estimer qu’aujourd’hui il n’y a pas vraiment de présidentiable au PS, ou que tout le monde l’est.

    Le texte de Delanoë est décevant. Mais que dire des actes de Ségolène durant la campagne et depuis ? Donc si tu analyse le tout, tu verras que sans doute il faut vraiment pousser une alternative. Ensuite on verra, sur un débat de fond, sur des textes, et pas un duel imposé.

    Qu’aurions nous fait si DSK était resté ? Je suis en train d’écrire un truc sur la question… Je ne suis d’ailleurs pas sûr qu’il aurait personnellement brigué le poste de premier secrétaire. (mais il aurait porté une motion)

    Je ne vois pas de quoi tu parles « nouveauté dans l’approche de la chose publique » chez Ségolène. L’antilibéralisme ? ( j’déconne…)
    Bien sûr Frédéric Laval fait ce choix un peu étrange, ils sont rares mais il ne sera pas le seul. Je peux comprendre ses arguments même si je ne les partage pas.

    Je ne t’ai traité nulle part. Mais tu as bien fait du spamming pro-royal.

  9. Julien Says:

    @ chouka

    Je suis désolé, mais j’ai parfois un peu l’impréssion que l’auteur de ce blog a tendance à se moquer de moi: tout ce que je dis en toute sincérité se voit mis en doute, soupçonné.

    Alors, ça ne vaut pas la peine d’aller plus loin…

    ♥. Je suis pas « Ségolèniste » ! En 2006, j’avais porté mon vote en interne sur DSK.

    ♥. Depuis quelque temps dans le cadre du congrès, et par élimination, je suis porté à regarder avec grand intérêt ce qui se passe du coté de la camarade Royal (ses sites Désirs d’avenir et congrès utile et serein). Je suis curieux de lire sa contribution à venir avec l’espoir d’y trouver mon compte.

    ♥. Voilà, c’est aussi simple que bonjour !

  10. chouka Says:

    Dans un dialogue anonyme par clavier interposé, la confiance sans méfiance est de la naïveté. Il faut s’en tenir aux idées. Que tu sois sincère ou pas, toi seul peut le savoir.

    Je ne pense pas t’avoir qualifié de ségoléniste. Pour le reste tu l’as déjà dit et je l’ai bien compris, et je ne le conteste pas.

    Sur le fond j’exprime mes doutes sur la démarche de Ségolène, qui comporte beaucoup d’illusion et de comm’, et je voulais te mettre en garde. Mais bon, moi aussi je vais lire attentivement les différents choix qui nous serons proposés.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :