Toulouse : vers la communauté urbaine !

La communauté d’agglomération du grand Toulouse se transforme lentement en communauté urbaine.

Je dis lentement, car tout est progressif, mais je devrais plutôt dire admirablement vite.

C’était un engagement de Pierre Cohen. Déjà avant l’élection, lorsqu’il était venu se présenter en tant que candidat, il nous en avait parlé.

Au delà, pour moi, c’est surtout une évidence. Toulouse, grande ville dynamique, morcelée dans son aire urbaine par plusieurs regroupements communaux, était une aberration.

Bien sûr il y avait des enjeux de pouvoirs, avec des différences d’orientation politique.
Mais cela ne justifiait pas ceci, il fallait s’entendre. (la décentralisation, mode plus adapté, plus démocratique, plus efficace de pouvoir local, peut aussi être porteur de dérives et de complexités qui en fixent les limites)

Cohen, ancien maire de Ramonville, membre du sicoval, avait sans doute une part de responsabilité, avec d’autres, dans l’impossibilité de l’union (c’est une hypothèse, je n’ai pas d’éléments là dessus), mais aussi une connaissance de la question.

Son élection a donc été l’occasion de décisions claires. La nouvelle équipe, avec notamment le maire de Tournefeuille, Claude Raynal, et l’adjoint aux finances de Toulouse, Joël Carreiras, ont ainsi fait de ce dossier une des priorités du début de mandat. C’est en effet un des outils pour appliquer l’ambitieux programme sur lequel ils ont été élus. Dès 2009 la communauté urbaine va éclore, pour l’instant à périmètre constant. Ensuite, il faudra travailler tous ensemble à son élargissement, à l’intégration intelligente, concertée, ambitieuse, des communes membres du sicoval, membres de la communauté de communes du muretain.

La fédération PS de Haute-Garonne, puissante de la grande majorité des maires en question, était depuis longtemps absente du sujet. Elle aurait dû, me semble t-il, en être la maître d’oeuvre. Elle devra sans doute être vigilante, force de proposition et de conciliation pour permètre cette deuxième étape, si elle le peut. On pourra sans doute compter sur une nouvelle équipe pleinement consciente de cette nécessité pour cela.

Le conseil général, encore puissant, voyait-il d’un bon oeuil l’émergence d’une grande communauté urbaine à Toulouse ? En effet, outre la visibilité concurrente, notamment politiquement, cela nécessitera des éclaircissements de compétences pour qu’il y ait une complémentarité et des partenariats utiles.
Aujourd’hui cela est lancé, et freiner le projet n’est plus une option. Malgré quelques rétiscences, il accompagnera sans doute le changement. (d’autant que dans 3 ans Izard laissera sa place, et que les principaux candidats supposés à sa succétion, Raynal ou Fillola, sont aujourd’hui membre de la CU)

Si cela marche – et cela doit marcher – cela sera un instrument utile pour l’agglomération toulousaine, et sans doute au dela pour la région toute entière derrière la ville capitale.

Edit : je viens de voir que Hugues a également repris un texte assez complet sur la question.

Publicités
Explore posts in the same categories: Organisation territoriale, Politique locale, Réflexions diverses

Étiquettes : , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

One Comment sur “Toulouse : vers la communauté urbaine !”


  1. La communauté urbaine du Grand Toulouse. Changements, projets, défis.
    Lundi 2 février

    20h45 Salle des Fêtes de Balma

    Invité : Pierre Cohen, Président de la communauté urbaine.

    Introduction au débat : Joseph Carles, Maître de Conférence à l’IEP de Toulouse.

    Le 24 décembre 2008 le Préfet de la Haute Garonne a officialisé le passage de la communauté d’agglomération à celui de communauté urbaine. Cela se traduit techniquement par le transfert de compétences supplémentaires des communes vers la communauté et par des règles de fonctionnement différentes. Sur le fond c’est reconnaître l’importance de la solidarité qui existe entre la ville centre et les communes périphériques. Volonté d’harmoniser fortement les stratégies de développement économique et d’aménagement urbain pour que Toulouse devienne une métropole européenne. Ce passage pose évidemment la question de la démocratie locale : comment éviter l’éloignement des citoyens des lieux où se prennent les décisions sachant que pour l’instant les responsables de la communauté urbaine ne sont élus qu’au suffrage indirect ?

    Ce qui a motivé cette transition c’est la volonté de définir un projet commun ambitieux pour le Grand Toulouse. Pour des raisons historiques, certainement que la connaissance et la culture seront au cœur des réflexions. La recherche scientifique qui s’appuie sur les universités et sur les grands organismes de recherche doit continuer à irriguer fortement les pôles de compétitivité que sont le secteur aérospatial et l’ensemble des biotechnologies tournées vers la santé ou les agrobiosciences, mais aussi l’ensemble du tissu industriel régional. Du côté de la culture il est certainement utile de préciser les axes structurants qui permettront de donner une identité culturelle à la ville.

    Si la ville peut s’appuyer sur un patrimoine important, on peut se demander s’il existe des grands projets architecturaux et si en cette période de crise la capacité d’adapter l’urbanisme aux contraintes du développement durable et aux besoins de la population est bien là ? Plus difficile encore, pourra-t-on mettre en place un système de déplacements urbains efficace, économe en énergie et peu polluant, condition nécessaire à la santé de l’agglomération ?

    Bien d’autres sujets méritent aussi d’être abordés car la communauté urbaine a des responsabilités dans beaucoup de questions qui concernent la politique de la ville comme le logement social, les services d’intérêt collectif ou les questions qui touchent à l’environnement et au cadre de vie. Une soirée certainement trop courte, mais qui devrait nous permettre grâce à la présence de Pierre Cohen de comprendre les grands enjeux de ce changement.

    ——————-

    Si ce sujet vous inspire, vous pouvez envoyer une contribution qui sera placée sur le site : http://lecafepolitique.fr

    A lire : Métropole et démocratie participative :
    http://lecafepolitique.free.fr/spip.php?article195

    La salle des Fêtes est Avenue de Toulouse en face de l’église de Balma.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :