Candidats PS : Un choix logique et cohérent est proposé, altéré par de mauvais arguments.

J’ai vu de nombreuses interventions du congrès de Reims, sur la chaine parlementaire. Au dela des caricatures les gens sont moins faciles à classer. De bons discours, Peillon bien sûr, mais aussi Fabius ou Valls. J’ai vu Martine plus à l’aise mais elle avait été secouée par la performance de Ségolène juste avant, discours parfois suréaliste, mais pas mauvais sur la fin.

Finalement, pas d’alliance, le choix proportionnel sera tranché par le suffrage universel, finalement le scrutin majoritaire que souhaitait Ségolène est là. Il faudra ensuite réussir à articuler la légitimité du vote avec une majorité forcément fragile dans les organes de délibération et d’exécution, quel que soit le vainqueur.

Aujourd’hui, 3 candidats : il me semble que c’est finalement un choix logique et cohérent qui nous est proposé. Chacun incarne une ligne propre dans le parti.

En mai 2008 j’avais analysé les forces en présence au PS. Je maintiens ce diagnostic, je ne m’étais pas trop trompé. Les rénovateurs pragmatiques se retrouvent autour de Ségolène Royal, les reconstructeurs réformistes (ou réformistes politiques) autour de Aubry, et enfin la « gauche du parti », les néo-guesdistes, les lafontainistes et autres radicaux autour de Hamon.

Il y a donc une vraie logique à ces candidatures. Cela aurait presque dû être le choix à faire lors des motions. Mais l’éléments perturbateurs est venu du parasitage par un quatrième groupe identifié alors : les légitimistes conservateurs. En semblant se porter sur Delanoë, ils l’ont, pour une fois, signe encourageant, affaiblis. (bien sûr il y en a dans toutes les motions)

Par contre le jeu de posture est porté par de mauvais arguments :

Je ne suis pas forcément d’accord avec les deux arguments principaux qui sépareraient Aubry de Ségolène : les alliances et un parti de supporteurs. Ce sont pour moi des simplifications qui portent sur des sujets secondaires, même si appuyées sur des visions divergentes. On aura besoin à un moment des voix du centre, n’en faisons pas un enjeux aujourd’hui de notre congrès, et tout le monde est à peu près d’accord sur les modalités.

Quant au parti de militant, il y a une différence entre la conception théorique et la réalité. Quand on voit ce qu’est devenu le PS, dans certains endroits, il est de plus en plus difficile de défendre cette conception du parti de militants, qui est devenu celui de la recherche des postes, de la tactique, d’un parti de militants repliés sur eux-mêmes qui ne parlent qu’aux socialistes et ne combattent que des socialistes… Et de nombreux Ségolénistes que je connais sont de vrais militants.

Donc ce mot d’ordre ne suffit pas si on ne présente pas un projet de rénovation avec.

Idem chez la motion E, tout autant énervant le faux clivage apolitique que tente d’installer Ségolène : les jeunes contre les vieux, le changement contre l’immobilisme. C’est caricatural et insultant… Il y a autour d’elle des pratiques d’un autre âge, et en face une promesse de changement également, le tout est mélé…

Pour autant je ne suis pas dans une logique de choix ultime…

Je ne suis pas dans un manichéisme ou un catastrophisme primaire. De toute façon le parti est dans un tel état qu’un électrochoc est nécessaire, donc même Royal ou Hamon ne serait pas une catastrophe. Rien ne serait pire que l’absence de décision, or les trois candidats incarnent un renouveau.
Certes, Aubry c’est la moindre prise de risque désormais, mais elle doit aussi incarner le changement, sinon cela risque malheureusement de la faire perdre, alors que les gens étouffent…

Maintenant on fait quoi ?

A la fin d’une analyse récente, j’exprimai mes préférences :

-un large regroupement des trois motions réformistes assumées E,D,A, autour d’une personnalité convaincante, comme aurait pu l’être Vincent Peillon

-une alliance AE ou AD, autour d’une personnalité combative, que ce soit Martine Aubry elle-même, Moscovici (s’il n’avait pas choisi si tard ça aurait été mieux) ou encore une autre

Je ne vois pas en effet d’alliance crédible ou cohérente de notre part avec la motion C, et surtout pas dans un front commun basé sur de mauvais arguments. De même je préfererais ne pas avoir à voter pour Ségolène Royal, car c’est aussi l’installer dans un schéma présidentiel…

Donc une candidature Aubry soutenu par Delanoë me va tout à fait.

Si je suis sensible à la volonté rénovatrice, portée plus fort sans doute, et souvent sincèrement, par la motion E, cela ne suffit pas. Il y a des nuances politiques importantes, une vision plus politique et plus économique qui me distinguent de celle-ci.

Par ailleurs un des problèmes qui empêche de toute façon de voter Ségolène est leur attitude passée, et ses déclarations récentes (notre motion est arrivée en tête, on cherche à m’empêcher…) : les Français ont voté pour la candidate PS, ce sont devenu les 17 millions de voix de Ségolène…
Là il en serait pareil : ceux qui pourraient se dire, dans un éventuel second tour, « je choisis Peillon et la rénovation contre un TSS artificiel et conservateur plus que porteur »;or leur choix serait immédiatement dévoyé et comptabilisé parmi les soutiens à la candidature de Ségolène en 2012…

Donc je ne me positionne pas contre un changement, mais pour une ligne assez logique Aubry-Delanoë. Cependant, je pense qu’elle sera encore trop timide sur la rénovation, et donc une alliance avec la E sur un programme de rénovation, de vision du parti, et un candidat de consensus ne m’aurait pas gêné.

Et bien sûr Hugues Bernard au niveau local, pour la motion D et bien au-dela.

Publicités
Explore posts in the same categories: Le congrès socialiste 2008 en marche, Politique locale

Étiquettes : , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

5 commentaires sur “Candidats PS : Un choix logique et cohérent est proposé, altéré par de mauvais arguments.”


  1. Salut Romain,

    La question doctrinale ayant été réglée par le vote quasi unanime de la déclaration de principe, je crois au contraire que la conception de l’appareil -le rôle de ses militants et sa stratégie de conquête- est au coeur de ce 75e Congrès.

    Si tu le souhaites je peux te passer le discours de Mitterrrand à Epinay.

    Il y développe deux axes (assez étonnants au regard de son parcours postérieur) : les alliances et la méthode pour augmenter le nombre de militants.

    A ce soir

  2. chouka Says:

    Je suis d’accord sur ça, et il y a des différences. Mais par facilité ce ne sont pas celles que l’on développe.
    Quant au vote sur la ddp, je pense qu’il n’a en rien réglé la question doctrinale, il a un peu réduit le champ des possibles, c’est tout et c’est déjà pas mal.


  3. Pour moi, le seul qui soit cohérent, socialiste, dans le sens populaire du terme, c’est Benoît Hamon.

    Derrière Aubry, les mêmes, toujours. J’en peux plus. J’veux plus les voir.

    Derrière Ségolène, du talent oui, avec Peillon, mais au service, non pas d’un parti, mais d’une ambition présidentielle. Alors, c’est non.

    Oui, il n’en reste qu’un, le dernier des Mohicans, c’est évident quand on est vraiment socialiste, il n’y en a qu’un : c’est Hamon.

    http://sagephilippe.20minutes-blogs.fr/archive/2008/11/20/militant-fais-pas-l-con-vote-hamon.html

  4. chouka Says:

    Mouai…

    Derrière Aubry, les mêmes ? Oui enfin bon pas seulement, il y a autour d’elle toute la jeune génération strauskahnienne (Borgel, Mazetier, Baumel, Péninou, Kanuty… et Carreiras et Hugues Bernard ici), Fabiusienne avec Guillaume Bachelay, ou montebourgeoise avec par exemple Catherine Lemorton qui était l’une de ses 4 porte-paroles. De nombreux cadres intermédiaires de talents, d’avenir, représentant la diversité, la soutiennent. De même avec Delanoë il y a Michel Destot, Cahuzac, Cebe, ou Cécile Ha min tu par exemple.

    Autour de Hamon, il y a aussi Emmanuelli bien sûr, mais aussi au niveau local des jeunes et des moins jeunes, et surtout des représentants du très vieux parti.

    Donc je ne pense pas que cela suffise comme argument.

  5. chouka Says:

    Pronostic national :

    Aubry : 38%
    Hamon : 23%
    Royal : 39%

    Au niveau fédéral :

    Aubry : 42%
    Hamon : 30%
    Royal : 30%

    Dans ma section :

    Aubry : 44%
    Hamon : 22%
    Royal : 34%


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :