Ni molle ni sectaire, la gauche qui sortira dimanche des urnes

Je n’ai pas trop pris le temps ces temps-ci, d’écrire même si j’ai de nombreux articles en tête, sur la crise financière, sur la sécurité, sur le bilan de Pierre Cohen à mi-mandat…

Je n’ai pas non plus pris le temps de militer à nouveau, même s’il est important de s’impliquer. Je suis toujours dans l‘hésitation entre le PS et EELV.
Des choses changent, même au parti socialiste, même en Haute-Garonne. Les primaires sont un beau moment, mais chaque fois que j’envisage de retourner dans ce parti, les souvenirs que j’en ai m’empêchent de franchir le pas. Dans une formation trop sclérosée, peut-on vraiment être utile ? J’ai cependant espoir, et l’impression, que cela commence à bouger. Allez, quand Izard ne sera plus Président du CG…

Ou alors faire le choix d’un nouveau mouvement, que je connais encore peu, plein d’énergies, et qui portent certaines des idées de demain ?

J’ai cependant continué à prendre le temps d’autres implications concrètes dans des activités associatives, important aussi et parfois plus utile.

J’ai aussi pris le temps de suivre la primaire. Aucun candidat ne m’a cependant emballé, enflammé. Je n’ai pas rejoints une équipe, une écurie, un courant. Je me suis trouvé des affinités avec plusieurs. J’ai trouvé dans les propositions, le débat, des choses intéressante. J’ai Hâte d’être en 2012.

Martine Aubry et François Hollande ont proposé des lignes proches, intéressantes, offensives tout en étant crédibles.
FH a mis l’accent sur la jeunesse, la réforme fiscale.
MA s’est disinguée par une position plus offensive sur la nucléaire, l’égalité homme-femme ou le cumul des mandats. Ségolène Royal a porté la mutation écologique et une attention plus forte à la sécurité.
Manuel Valls a défendu un regard intéressant sur les quartiers, qui doivent être remobilisés, valorisés, protégés contre les mafias et les insécurités; il a également mis en avant la laïcité républicaine, et une volonté de crédibilité pour prendre en compte la réduction du déficit nécessaire. Il a également proposé la TVA sociale, qui est une arme importante pour taxer les importations, qui va plus loin que la seule contribution écologique.
Baylet a porté la nécessité de s’appuyer sur le monde économique, un tissu de PME, et a promu des avancées sociétales intéressantes.
Montebourg a également proposé des solutions concrètes à plusieurs dérives, même s’il se retrouve finalement dans une position entre la dénonciation du système et sa sauvegarde.

Tout ceci s’interpénètre largement, et donc fait naturellement synthèse, sauf quelques positions un peu à la marge de Ségolène et Arnaud, parfois la dénonciation trop facile de bouc-émissaire, ou l’affirmations d’objectifs trop lointains pour tenir lieu de propositions.

Je me suis longtemps situé à égale proximité de François Hollande, dont j’appréciais notamment certains soutiens (Moscovici, Filippeti, Peillon, …) et Martine Aubry, femme tenace et dont j’ai plutôt apprécié le mandat de première secrétaire du PS. J’ai cependant voté pour Valls, pour encourager ses propositions innovantes, sa prise en compte de la crise (certains n’ont pas pris en compte la radicalité des changements en cours), trop facilement caricaturés.

Pour le deuxième tour, j’envisageais le vote Aubry.

J’avoue cependant que le débat de mercredi m’a fait hésiter.
Et l’attitude récente de la candidate va sans doute m’entrainer vers un vote inverse : elle a changé de ton pour amadouer une aile plus « gauche tradi ». Or je pense qu’il faut penser le changement avec courage, mais dans l’honnêteté : le volontarisme ne peut pas tout, nous sommes là pour changer la réalité pas pour la remplacer par des illusions. Par ailleurs elle attaque ces derniers jours de manière trop brutale son adversaire, qui est potentiellement le candidat de second tour de la gauche. Elle illustre ainsi malheureusement la réplique de FH : « après des années de droite brutale, je ne veux pas d’une gauche dure, sectaire, mais d’une gauche solide, ambitieuse et responsable » (ou à peu près)

En tous les cas je serai fier du candidat qui sortira, qui ne sera pas parfait, pas idéal, mais qui fera un bon candidat de second tour pour enfin la gauche en 2012.

Publicités
Explore posts in the same categories: Election présidentielle 2012

Étiquettes : , , , , , , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

One Comment sur “Ni molle ni sectaire, la gauche qui sortira dimanche des urnes”

  1. ddjl Says:

    Il faut maintenant que Hollande retravaille son projet en l’adaptant à la crise. Sinon il ne sera pas crédible.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :