Bilan de Pierre Cohen à Toulouse

A moins de 100 jours des élections, chacun fait le bilan.

Pour ma part ce sera plutôt une esquisse, une impression qu’un bilan global. Je reviendrai sans doute plus tard sur quelques autres points de manière plus précise, mais là j’ai seulement envie de m’arrêter un instant, de regarder et de donner mon avis.

J’ai quand même besoin d’un peu plus de place que sur Tweeter.

Mon bilan porte sur le territoire, donc action de la commune et de la communauté urbaine.

Globalement je trouve que cela s’est bien passé pour le PS.

1/Une situation politique locale favorable : alliés faibles et constructifs et opposition divisée.

Peu de couacs internes au PS.
Ils ont certes eu à gérer quelques difficultés internes avec les verts, autour du SMTC notamment. Mais malgré cela la cohésion a tenue.  EELV a eu une opposition très timorée au Parc des expositions (si on compare à l’aéroport de Nantes de Notre Dame des Landes par exemple). Pareil sur le PC.

Quant à l’opposition de droite, elle a été timide, divisée, maladroite. Quelques oppositions ponctuelles menées non directement par l’UMP ont eu plus de retentissement.

2/De nombreux projets lancés avec les premiers résultats qui arrivent :

– les grands chantiers emblématiques du quinquennat sont livrés : Alsace-Lorraine, Tram, Médiathèque grand M, Salle musique à Borderouge…

– Il y a bien eu une renégociation du tarif de l’eau sur la concession toulousaine.

– Un investissement fort dans le grand projet de ville : on commence à voir de vrais évolutions dans les zones urbaines sensibles, tant dans la manière de voir la rénovation urbaine, que dans les réalisations concrètes.

– Investissement renforcé dans les transports (notamment au niveau de la communauté urbaine), et moindre place donné à la voiture

– Rénovation massive des écoles et augmentation des places de crèche

– nombreuses évolutions qualitatives ou symboliques sur les politiques culturelles, de discrimination,

De plus de grands projets ont été initiés pour le second mandat, Grand Projet Garonne (avec notamment la Place Saint-Pierre mais aussi la protection de zones naturelles), Parc des expositions (un peu cher à mon goût), projet Matabiau avec l’arrivée du TGV, Cartoucherie, Grands travaux sur la Reynerie, Aerospace Campus à Montaudran…

Il y a actuellement des dizaines de nouveaux quartiers qui sortent pour accueillir la progression démographique qui reste forte : il faut donc financer des réseaux de routes, d’eau, des pistes cyclables, des écoles, du logement social etc.

3/ Une gestion rigoureuse et une fiscalité maîtrisée : 

La gestion précédente avait laissé 130 M de réserves en stock. 5 ans après ce fonds « stérile » (les collectivités ne peuvent pas placer dans de bonnes conditions) a été utilisé.

Il y aura peut être même, en 2013 ou 2014, un premier emprunt à la ville (cependant tisseo et Toulouse Métropole l’étaient déjà).

Cela ne me choque pas :

– lorsque des gros projets sont lancés, l’emprunt est judicieux, sinon il faudrait faire varier fortement chaque année la fiscalité, ce qui n’est pas soutenable pour les contribuables.
– de plus les taux d’intérêt sont globalement faibles, et donc proches de l’inflation. Lorsque le taux d’intérêt est égal à l’inflation on peut considérer que le coût de l’emprunt est proche de 0, car les taux d’intérêts payés sont compensés par les dépenses évitées en faisant les travaux plus tot, par exemple si le cout de la construction augmente de 4% par an, et que l’emprunt est de 3.5%.
– enfin, une agglomération qui se développe fortement nécessite de construire en avance des équipements, et donc l’emprunt est vraiment adapté, pour ne pas faire payer aux habitants d’aujourd’hui la totalité des équipements de ceux de demain.

Il y avait au départ des projets un peu dans tous les sens, mais progressivement des choix ont été faits. Donc avec une fiscalité quasi-stable, en utilisant une réserve qui était faite pour cela, il y a eu de gros investissements et globalement une politique de centre gauche cohérente.

De plus il y a eu le choix fort et nécessaire de passer en communauté urbaine dès 2009, avant bientôt le statut de Métropole.

 

4/ Le choix des toulousains : 

Les points de débat seront donc peut être l’emprunt, à la marge, mais aussi la sécurité et la politique de transport (les embouteillages). 
Je pense que Pierre Cohen est un peu timide sur la video-protection, même si quelques caméras viennent d’être installées. Cela a des atouts dans certains cas dans le cadre d’une politique globale, et cela sera un des axes majeurs de Moudenc.  Moudenc évoquera cherchera aussi à surfer sur la politique nationale et laissera planer la crainte de l’augmentation de la fiscalité locale, tableaux fournis par M. Trautman à l’appui.

Pierre Cohen, qui n’est toujours pas devenu un orateur génial, répondra continuité, bonne gestion et modération fiscale, avec les graphiques de M.Carreiras en main, valeurs de gauche, projets et cela devrait passer, du moins j’espère, même sans la présence du FN au second tour.

Publicités
Explore posts in the same categories: Politique locale

Étiquettes : , , , ,

You can comment below, or link to this permanent URL from your own site.

4 commentaires sur “Bilan de Pierre Cohen à Toulouse”


  1. […] Le bilan après un premier mandat : ici […]


  2. […] beaucoup d’avancées, des réalisation, une bonne gestion, des propositions réalistes dans la continuité, cela n’a pas […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :