Quels choix pouvaient faire Manuel Valls?

Manuel Valls a annoncé qu’il voterait Macron dès le premier tour.

Je pensais qu’il ferait plutôt, « à la Juppé », une non-campagne, en indiquant qu’il voterait Hamon en vertu de son engagement, pariant plutôt sur la suite à l’intérieur du PS.

Mais que pouvait-il faire ? Finalement c’est un choix cohérent, plutôt courageux, qui ne le sert pas personnellement  mais en dit beaucoup sur la fin proche du PS tel qu’on le connait aujourd’hui.

1/ Il pouvait rester en retrait, prendre acte du vainqueur de la primaire et ne plus s’exprimer. Mais le risque est que de toute façon ses proches, et les électeurs proche de sa ligne, ne pouvaient pas se satisfaire de cet entre deux, et ne l’auraient pas suivi.
Il aurait assisté passif à la fuite des énergies réformistes du PS, voire éventuellement à une mauvaise surprise : la non qualification des progressistes au second tour si au dernier moment Fillon remonte, même si cela me parait peu probable (électeurs plus agés donc moins abstentionnistes, réflexe de dernier moment, sous-estimation dans les sondages car vote Fillon devenu honteux..)

2/ Il pouvait soutenir Hamon et participer à sa campagne, comme l’engage sa signature lors de la primaire.
Cela aurait été un reniement de ses idées, mal perçu par l’électorat (théatre politique), et probablement défavorable à Hamon, tant Mélanchon n’attendait que ça. Cela ne l’aurait pas non plus servi pour la suite, dans un PS affaibli et vidé de perspectives réformistes…

3/ Il a choisi de soutenir Macron : choix courageux, audacieux, ou opportuniste ?
Difficile à dire. Une majorité de ceux que je connais, qui sont sur cette ligne, se portent sur Macron… Il est logique sur le fond que Valls le soutienne. Il est cohérent sur ses idées, et rappelle l’enjeu du second tour : ne pas se voir contraint à un second tour Fillon/Le Pen qui risque en plus de permettre à celle-ci de gagner.
Le « vote utile » fait du mal à la démocratie lorsqu’on l’invoque à tort et à travers, mais on peut aussi considérer que c’est un vote tactique ou un vote intelligent tout simplement. Longtemps le PS en a bénéficié, cette fois il en est victime, mais sur le fond l’enjeu existe réellement.

Il renie donc sa parole, ce qui peut abîmer son image, voire celle « des politiques » (mais pas forcément plus qu’un soutien hypocrite) « au nom d’un intérêt supérieur »… Personnellement sa situation est compliquée, mais cela marque sa séparation, et donc la fracture avec le PS tel qu’il existe aujourd’hui. Comment imaginer le retour de tous ces élus, ces électeurs, vers un PS abimé, affaibli, sans boussole, aux législatives ?

C’est donc un acte fort que Valls a posé, en signant pour demain la fin du PS tel qu’on le connait (pas forcément sa mort, le PC existe toujours…). Ce n’est pas forcément un atout pour Macron à court terme pour les présidentielles, mais par contre je pense que pour les législatives c’est un évènement important qui peut aider En Marche à avoir sa majorité propre.

Implicitement Valls ne joue pas le coup d’après, la reconstruction du PS en utilisant les législatives.

Publicités
Explore posts in the same categories: Présidentielles 2017, Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :