Archive for the ‘Socialisme et démocratie’ category

Notre place dans le nouvel ordre mondial : quelle politique industrielle ?

septembre 12, 2010

Après la très intéressante conférence à laquelle j’ai assisté aujourd’hui, beaucoup de réflexions se sont emboîtées pour en venir sur cette question de fond.

Stéphane Israel, membre de la fondation Terra-Nova, qui a produit récemment une note sur la politique industrielle, est venu exposer. Joël Carreiras était également à la tribune, ainsi qu’un chef local d’une PME internationale dont je n’ai pas noté le nom.
Cette conférence était organisée par Socialisme et Démocratie 31.

Par ailleurs il y a eu plus d’une heure d’échanges avec la salle, très riche.

Voici une forme de compte-rendu, augmenté de mes réflexions personnelles.

I Le diagnostic :

L’industrie est un pillier de l’économie:

L’idée d’économie « post-industrielle », sans usines, ne tient pas sauf dans certains cas de spécialisation particulières. Pour l’intervenant, au contraire il n’y a pas de croissance sans usines. Les services sont souvent des services à l’industrie, et c’est dans ce secteur que se trouvent les qualifications et les rémunérations les plus élevés.

– L’idée d’une politique industrielle serait dépassée, inefficace. Or dans les faits le soutien public à l’industrie paraît toujours essentiel. De manière indirecte (systèmes de formation, réglementations économiques et sociales) ou plus directes : avances ou garanties d’emprunts, grands projets, commandes militaires…

Constat :

Une phase de rééquilibrage mondial, de désoccidentalisation de l’économie est en cours.

Ces dernières décennies, des destructions importantes d »emplois ont eu lieu dans certains secteurs dans tous les pays occidentaux. Plus généralement on assiste à un basculement vers les pays émergents : ce ne sont plus seulement les ateliers du monde, ils passent progressivement à une maîtrise plus complète de la chaîne, de la faible qualification à la haute technologie.

En Europe, la comparaison Allemagne-France est instructive et montre que des améliorations importantes sont possibles lorsqu’une stratégie assumée est mise en oeuvre.

L’Allemagne a conservé une part de l’emploi dans l’industrie bien plus importante que la France. Elle est un champion européen de l’exportation, et bien qu’ayant perdu le titre de 1er exportateur mondial, elle n’a pas perdu d’emplois.

Pour l’instant l’Allemagne profite plutôt du nouvel ordre mondial, en étant un fournisseur important des pays émergents, notamment en machines-outils. Cela soumet la France à une double contrainte : celle des pays émergents sur la compétitivité coût, et celle de l’Allemagne sur les produits plus complexes et qualitatifs.

Par ailleurs là où la France n’a pas vraiment dessiné une politique industrielle cohérente depuis 20 ans, l’Allemagne a pris des décisions fortes pour renforcer sa compétitivité :

soutien d’un tissu local de grosses PME dynamiques à l’exportation, ces entreprises intermédiaires qui manquent à la France qui a souvent privilégié un soutien aux grands groupes. (soutien assuré par les Länder et les banques régionnales) Existence d’un capitalisme patrimonial fort, moins sensible à la financiarisation.

spécialisation de long terme dans le haut de gamme, dans les machines-outils et les services à l’industrie, qui a par ailleurs permis de construire une image de marque du « made in Germany »

Ceci est passé par la mise en place de filières techniques fortes, des filières d’aprentissage d’excellence, technologiques et industrielles. Il y a une valorisation de l’industrie, du travail, de l’usine, voire de l’esprit d’entreprendre, plus forte qu’en France.
Cette importance du technique se retrouve dans les postes de direction, où la progression interne des carrières, y compris vers les postes de direction, est fréquente, là où en France existe un « marché » des cadres supérieurs issus des grandes écoles, voire de cabinets ministériels ou d’entreprises publiques.

– un pacte social renouvelé qui permet d’appliquer des décisions fortes dans une forme de consensus. Le système syndical Allemand, que j’ai déjà eu l’occasion d’étudier, plus massif, plus unis, est dans une relation plus mature avec le patronat. Ainsi les grands objectifs réformistes ont été acceptés, malgré les contraintes fortes que les salariés ont dû accepter. Il y a notamment eu de nombreuses délocalisations « par segments » des approvisionnements, en Europe de l’Est proche, alors que l’assemblage est conservé en Allemagne.

Par ailleurs les Allemands ont accepté un gel des salaires pendant la décennies 2000, qui a relativement diminué le coût du travail.

– Enfin, des décisions politiques fortes ont été prises, depuis le gouvernement Schröder, notamment l’instauration de ce qui est maladroitement appelé  » TVA sociale », qui permet aux importations de participer à la solidarité nationale tout en diminuant le coût du travail pour les exportations, mais également des diminutions de prestations sociales pour diminuer les charges patronales.

Enfin, l’Allemagne a mise en oeuvre, mieux que ses partenaires européens, l’agenda de Lisbonne, en augmentant fortement ses investissements en Recherche et Développement notamment.

Cependant, les compressions salariales en Allemagne ne dureront pas, les salariés veulent légitimement recevoir les fruits de leurs efforts. Par ailleurs ils ont payé la faible consommation intérieure par une croissance molle.

La France a avancé sur certains sujets, sur les pôles de compétitivité, même si trop dispersés par exemple, mais est assez loin de l’Allemagne.

Le passage aux 35 heures est revenus plusieurs fois dans le débat. Cela a pu apparaître comme une solution de court terme contre le chômage. Cela a été financé par des allègements de cotisations sociales (et donc du déficit public) et a permis des gains de productivité importants en refondant les organisations du travail.

Mais une fois ces deux supports progressivement retirés, il reste que les 35h pèsent sur le coût du travail, et sur la philosophie du travail en France, qui est vu plus négativement que dans les autres pays (ceci est d’ailleurs illustré par le débat actuel sur les retraites). En tant que réforme de société cette réforme a permis de dégager du temps libre, mais a également pesé sur la compétitivité des entreprises à moyen terme.
Aujourd’hui la défiscalisation des heures supplémentaires a atténué ce coût, tout en introduisant de nouveaux effets indésirables.

Sur la décennie 2000, le coût du travail en Allemagne a progressé de moins de 3%, contre 17% en France, pour arriver à une situation similaire. Déjà que l’Allemagne est moins exposée à la compétitivité prix, elle renforce sa position, principalement face aux autres pays européens.


En France, la situation particulière de Midi-Pyrénées
:

Notre région a un taux d’industrialisation, et un investissement dans la recherche plus élevé que la moyenne nationale.

L’organisation en clusters, les pôles de compétitivités, les rapprochements entre formation et entrerises, entre recherches publiques et privées, le soutien des collectivités locales, sont plus efficaces qu’ailleurs dans le pays.
La plus grande part de la valeur ajoutée créée à l’exportation en France est issue des industries de Midi-Pyrénées.

Cependant même ici, la situation n’est pas sereine. Même dans les secteurs de pointe, les grands groupes exercent une pression considérable sur leurs co-traitants, qui conduit à des relocalisations en Inde ou au Magreb. Tant que cela est maîtrisé, fait partie d’une stratégie, cela n’est pas dangereux.

Mais l’amélioration de nombreux éléments doit être impulsée.


II/ Quelques solutions à mettre en oeuvre pour une politique industrielle :

Les exemple allemands et de Midi-Pyrénées dessinent quelques solutions à mettre en oeuvre :

– Développer l’enseignement technologique et industriel, favoriser la recherche et développement. Rapprocher le public et le privé, et les enseignements de leurs applications concrètes productives

– Développer la compétitivité « par le haut », politiques territoriales de compétitivité (renforcer les pôles de compétitivité, les clusters, ..)

– Mise en place d’une TVA sociale dans le cadre d’une réforme sociale d’ensemble juste, faire participer tous les revenus.

– Etre attentif à maîtriser le coût du travail,

– Réorganiser un consensus social, pour mettre en oeuvre des politiques de flex-sécurité,

– Rééquilibrer les aspirations, réintroduire , réenseigner le goût d’entreprendre, la prise de risque, la valeur travail

Au-delà, d’autres modifications plus structurelles doivent être impulsées, qui ne dépendent pas que du niveau national :

– Réguler le capitalisme financier : déliquéfier l’économie financière (lier droit de vote des actions et durée de portage, taxer fortement les stocks options qui rendent le manager actionnaire), favoriser les investissements productifs par rapport aux dividendes, voire faire évoluer les règles des SA, créer un type de sociétés plus adaptée, moins sensible à une pression d’un actionnariat instable.

Bien sûr la solution passera par une encore balbutiante régulation régionale et internationale ( reprise en main des normes de comptabilité aujourd’hui largement fixées par des régulateurs privés, pression internationale sur les paradis fiscaux, règlementation de certaines pratiques autour des produits financiers dérivés), le FMI y aura son rôle, comme l’expose DSK, sa tâche est ardue mais importante.

Au niveau Européen, mise en oeuvre de grands projets, nouvelles politiques de la politique de concurrence (qui empêche la construction de champions europés ou limite les aides d’état parfois excessivement)

Une réflexion plus large sur le libre-échange actuel doit cependant être menée, notamment car les règles environnementales et sociales ne sont pas les mêmes dans d’autres régions du monde. (vers un « juste-échange »)Une politique de change plus active pourrait également être envisagée. (question complexe en pratique, évidemment…)

III L’ Analyse du point de vue international suscite cependant des inquiétudes : un déclassement de nos industries, et au delà de nos économies occidentales, est-il inévitable ?

Si notre voisin est certes mieux armé pour la reprise, et pour les décennies à venir concernant son industrie, est-ce que cette résistance de l’industrie allemande n’est pas que temporaire, et destinée à plier face à la montée en régime de l’Inde et de la Chine notamment ?

Ainsi, lorsque la Chine fabriquera elle-même ses machines-outils, ses produits high-tech, la compétitivité prix retrouvera une place essentielle. De références, les industries allemandes deviendront des concurrents parmis d’autres, soumis à un taux de change et à des pratiques concurrentielles défavorables.

Plus largement, autant un marché intérieur, même industriel pourra toujours exister, autant l’exportation deviendra de plus en plus difficile. Notamment si les coûts de transports augmentent.

Sans changement des règles fondamentales du commerce mondial, que sont des taux de change déséquilibrés face aux pays émergents, et un libéralisme excessif que l’Union Européenne est la seule à s’imposer, ma crainte est qu’il y ait une fuite progressive de richesses (dans les créations de richesses et d’emploi, de moins en moins seraient générées par l’Europe) vers les pays émergents. Nos pays vivent sur un stock conséquent qui se réinvestit en permanence  dans l’économie de proximité, dans les services, dans la puissance publique. Il y a une forme d’inertie qui décale la perception du danger. C’est pourquoi il ne faut pas être naïf.

Bien sûr j’ai mis l’accent sur une inquiétude, qui est plus une question qu’une affirmation. Il y a aussi des atouts, des investissements étrangers, des secteurs de pointe et des réussites dans les nouvelles technologies, des services publics performants.

Cependant, si ces inquiétudes sont avérées, je vois 3 scénarios possibles :
si rien n’est fait, les tendances actuelles se prolongent, et il faut s’attendre à 50 ans difficile pour les pays occidentaux non préparés, jusqu’à ce que les pays émergents progressivement soient confrontés aux changements endogènes (généralisations de revendications sociales et sociétales, vieillissement de leurs populations, prises en compte contrainte ou choisie du développement durable)

Si les états occidentaux ne se résignent pas, à l’image de l’Allemagne, et se mobilisent, mais sans que les règles internationales névoluent, ils pourront retarder l’échéance. Au prix d’une  concurrence interne plus forte et de quelques sacrifices, les pays les mieux préparés  connaitront quelques décennies difficiles, mais moins longtemps et moins durement que dans le premier scénario

– Enfin, un scénario de réorganisation maîtrisée du monde passe par des efforts internes, mais aussi une forme de protection : pour contrer le dumping social, fiscal, pour assumer un choix de société éco-responsable, sans doute faut-il accepter de protéger son industrie, de rétablir des équilibres (taux de change, tva communautaire écologique et sociale, renforcement de ces règles au sein de l’OMC…)

De nombreuses solutions existent pour améliorer la politique industrielle, certaines inspirées de ce qui a pu se faire en Allemagne. Cependant, sans une réorientations des règles du jeu international, seront-elles suffisantes ?

Motion D, une belle réunion !

octobre 14, 2008

Hier soir, lundi 13 octobre, à la fédé.

Cela s’est très bien passé. Il y avait du monde et de l’envie.
La salle était pleine, comme lors du dernier débat de présentation des contributions je pense, pour ceux qui y étaient, donc à peu près 150 personnes. Il faudrait que je compare mon estimation aux signatures de la feuille de présence qui a circulée.

A la tribune, Cathy Lemorton bien sûr, mandataire fédérale de la motion D, qui est également une des quatre porte-parole nationale de Martine Aubry. A ses cotés, Gérard Bapt, Françoise Imbert, Joël Carreiras, ainsi que le nouveau maire de Luchon.

En préalable ils ont souligné le plaisir retrouvé de travailler, de discuter, de militer ensemble. Enfin dépasser des crispations et des postures anciennes pour avancer. Enfin sortir de discussions en petit comités dans des clans de gens qui sont d’accord sur tout, (si on pousse la logique à l’extrême) et où on ne parle plus que de tactique. Enfin retrouver un parti socialiste prêt à se rassembler, non pas dans une synthèse molle, mais dans des valeurs, un travail, un objectif commun.

Cela passe par un tryptique inséparable : travail-débat-décision collective.

Donc après le plaisir partagé, l’importance du moment a été soulignée : la situation mondiale et française, et l’absence apparente de la gauche, son incapacité à être l’alternative, le recours, l’espoir.
Alors que les idées, les talents, la présence militante sont des éléments forts du PS, collectivement ne ressortent qu’hésitations, consensus mous, attitude erratique, entre opposition molle parfois, ou à d’autres moments crispations et divisions…

Il faut donc réagir absolument. Deux axes sont importants : un travail sur les idées, sur une réponse à la crise, sur la construction d’une alternative ; et un travail sur le parti, pour qu’il redevienne un moteur, un laboratoire, un formateur, un pédagogue, en capacité de proposer, de participer réellement à la bataille culturelle et politique sans être dans une réponse superficielle, et ensuite capable de gagner les élections nationales pour ensuite appliquer son programme ambitieux et réaliste.

 Il y a eu de nombreuses questions et interventions de la salle. La plupart des présents étaient déjà convaincus, sans doute, mais il y avait aussi des hésitants, des nouveaux militants qui découvraient leur premier congrès. Il y avait une liberté de ton intéressante, avec des prises de paroles iconoclastes aussi.

L’idée c’est qu’il ne faut pas se résigner à un libéralisme fataliste. Notre motion, ce n’est pas le cas de toutes, contient déjà des éléments de réponse aux dérives massives du capitalisme financier, que de plus en plus nombreux nous percevions.
J’avais pour ma part été plus précisément initié à ces questions par un professeur d’université, Gabriel Colletis, à Toulouse, dont je perçois aujourd’hui plus encore la justesse d’analyse.

Mais c’est aussi être en mouvement, innovant, réaliste dans les propositions, le monde change nous devons changer aussi sans nous résigner. On ne doit pas se battre seulement sur l’efficacité économique de notre programme, mais on ne doit pas être battu sur ça.

Cela a duré trois heures, énergisantes. Les copains de SD étaient très nombreux, j’en ai été agréablement surpris, et très actifs : nous avons posé de nombreuses questions lors du débat.

Cela m’a rappellé cette réunion il y a quelques mois, avec l’orage en moins.

Cela montre ainsi une complémentarité territoriale avec nos partenaires dans la motion, nous sommes présents et actifs plus dans l’urbain et le périurbain, alors qu’ils couvrent mieux les vastes campagnes.

J’avais une question sous le coude, mais finallement je ne l’ai pas posé : je comptais demander comment concrètement la rénovation des pratiques était comprise au niveau fédéral. Cela serait éclairant pour les militants, et de plus vaudrait engagement.
Le travail collectif autour du manifeste socialiste 31, qui doit se traduire en propositions concrètes, peut aller dans ce sens. Ce serait un atout pour la motion, tous les militants déboussolés, qui veulent du changement au niveau fédéral, verraient concrètement celui-ci s’incarner.

Un dernier mot pour finir : nous avons une vocation majoritaire dans la fédé31, nous ne sommes pas là pour témoigner. Ce n’est pas une certitude mais c’est un objectif.

Allez Mosco, elle t’attend !

septembre 21, 2008

Commentaire publié sur le blog de Pierre Moscovici, après le message où il pose la question de la suite, déjà près de 700 commentaires !

Une motion, ou une alliance (et laquelle?)

Il y a plusieurs paramètres : (l’alliance avec la motion de gauche radicale du parti étant exclue)

-la cohérence idéologique : sur le fond, difficile de trouver une ligne plus proche que les autres. Chacun des trois agglomère des différences tout en étant réformistes et européens, et Delanoë et Royal ont varié dans leur discours depuis quelques mois.
Pour celle-ci il faudrait oublier quelques errements de la campagne présidentielle et une vision moins politique que pragmatique…

– la vision politique : Delanoë parait le plus présidentialiste désormais, et le plus conservateur (Hollande+Ayrault, c’est terrible…). A éviter me semble-t’il à ce stade.
Ségolène a fait un pas, mais vers un magma consensuel plus que vers une majorité de rénovation profonde.
Aubry semble moins présidentialiste, la démarche est celle qui était partagée par Pierre depuis un moment. Malgré la présence marginale de fabiusiens (recentrés qui plus est) cela me parait être la voie à suivre.

– troisième calcul, stratégique : Moscovici seul va difficilement dépasser les 5% me semble-t-il (vote utile..) Il peut servir de force d’appoint, mais cela peut aussi handicaper Aubry, si de son fait elle n’était pas la première des motions. Lui-même ne souhaite pas encourager la prafmentation des motions.
A jauger..

Je pense que le mieux serait une alliance avec Aubry, car c’est dans la continuité des discussions, car elle le souhaite, car c’est ce que souhaite Besoin de gauche en majorité me semblet-il ! Pierre, n’oublie pas ce point important. (chez SD, même si des débats ont encore lieu, et encore plus chez RM)

C’est aussi l’occasion de peser plus dans cette alliance, de remettre les fabiusiens à leur juste place de partenaires reconstructeurs.

Cela peut lancer une dynamique, réunifier SD, permettre de mettre réellement le parti au travail collectivement, avec la solution la moins présidentialiste.
Pierre peut envisager de diriger les conventions de travail, ou être celui qui dirigera l’organisation de la primaire de désignation. Un rôle important, une garantie pour que le parti ne se fige pas.

Pour lui comme pour nous collectivement, cela me semble la meilleure solution.

Présentation fédérale des contributions à Toulouse : compte rendu de l’intérieur !

septembre 16, 2008

Cette période est quand même intéressante au PS.

Cela ne correspond pas à l’image véhiculée par le parti, par les médias, aux préjugés ou visions parcellaires des uns et des autres.

Et donc non, je n’ai pas peur lorsque je me rend dans une réunion, de prendre une balle perdue. Mieux, en ce moment c’est souvent intéressant, vivant, instructif, encourageant. Cela contraste avec les réunions normales, notamment dans de petites sections où parfois il ne se passe pas grand chose… (j’ai quelques idées là dessus qu’il faudra que je développe un de ces jours) Petit bémol, les camarades qui s’obstinent à fumer dans l’arrière salle à la fédé, c’est assez désagréable, même si c’est de moins en moins répandu.

Donc en ce moment, les contributions sont défendues en section, parfois par un « local », parfois par un « représentant » extérieur à la section, un « gars de la fédé ». Puis il y a des interventions subtilement (ou pas…) subjectives de la salle, avant réponses.

Et on trouve là des logiques politiques, des idées, des analyses, des propositions, des stratégies, des indignations, des incantations, de la fougue. Ca fourmille… Bon il faut aussi parfois se taper de la langue de bois, du discours formaté légitimisto-conservateur,  des orateurs  un  peu mous, d’autres un peu exités, des catalogues à la prévert, des « listes au père Noël » (copyright CV)…

En tout cas en section, 4 motions défendues devant une trentaine de personnes, comme à la fédé, 12 motions devant 150, j’ai assisté à deux débats de qualité, vivants, avec des idées et de la conviction, bien loin de l’image amorphe et déprimée qu’on peut avoir de loin… (ce qui ne veut pas dire que nous n’avons pas un avis critique et sévère sur certains aspects de nous-même)

Interventions royalistes : La nouvelle stratégie a été bien relayée. Un nouveau discours consensuello-hollandiste un peu étonnant venant de désir d’avenir,  » nous sommes majoritairement d’accord, il ne serait pas logique que ceux qui pensent pareil soient sur des motions différentes ». Presque décevant, c’était finallement leur force, de cliver, mais au moins d’apporter quelques idées différentes, de tenter de bousculer. Mais une prestation plutôt réussie.

En section, il subsistait quelques éléments plus intéressants :
élargir notre base aux sympatisants, élargir nos alliances, méthode contributive, internet, décentralisation, non cumul des mandats…

La dite « gauche du PS », est intervenue de manière éclatée, tout en mettant en scène ses rapprochements dolezo-mélanchoniens, hamono-lienemaniens… Filocho-filochiens… On naviguait de manière flagrante entre le discours de Buffet prononcé le jour même, et celui de Besancenot, mais sans la logique de son positionnement, pour la filochienne (avec un beau lapsus un peu inquiétant, au milieu d’une litanie de promesses : « démocratic… euh, démographiquement, c’est possible »)

Un discours plus opérationnel, chez Hamon, « l’offre politique sociale-libérale a amené 13 défaites consécutives en Europe, l’avenir du PS ne doit pas être le passé de la gauche européenne », grand parti de la gauche, le PS n’attire plus notamment les classes populaires… Quelques propositions intéressantes à prendre en compte.

Chez Mélanchon, c’était plus « le nouvel ordre mondial dirigé par les Etats-Unis d’Amérique », les alliances à gauche toute, la traitrise du parti sur le traité de Lisbonne, empêcher la dérive démocrate du PS ». Mais aussi des choses intéressantes : « Parler du fond, c’est parler des ressemblances et des divergences, il faut politiser plutôt que pipoliser le congrès ». Pas mal applaudi par les autres contributions proches de lui quand il a appellé à une motion commune de la gauche du PS, ce que semblent vouloir les militants.

Quelques présentations plus iconoclastes aussi, comme le texte dadaïste de utopia, prestation théâtrale et drôle, avec quelques trâmes de fond importantes, « contre religion de la croissance, de la consommation, contre la valeur travail, pour déconstruire le système capitaliste ». Ou encore le texte transversal, utile et heureusement de plus en plus partagé du pôle écologiste du PS. « une société de connaissance stimulée par le principe de précaution. »

La présentation Besoin de gauche. En section Christophe était plus fidèle à la contribution Moscovici-Montebourg (donc ici Carreiras-Lemorton-Morin notamment), à la fédé Hugues était déjà dans une projection d’un rassemblement plus large.

Ce que j’ai particulièrement apprécié en section, c’est que notre orateur s’est véritablement emparé de l’occasion pour défendre des idées sur le fond de manière exigeante, passionnée, et c’est pas évident dans ce genre d’exercices : non-cumul des mandats, construction politique européenne, égalité réelle, politique économique crédible contre certains lieux communs démago…
Contre l’immobilisme qui a caractérisé ces dernières années notamment au niveau local, contre un présidentialisme vain et stérilisant (personne n’est en position de s’imposer, il y a un congrès de désignation dans trois ans, cela userait le présidentiable dans les conditions actuelles) mais pour un collectif de travail, de remobilisation, de remise en marche pour bien préparer le parti et le futur candidat.

Hugues a prolongé cela, insistant sur la nécessité d’une nouvelle majorité, d’une rupture avec les années Hollande, sur le retard pris. Pour une mise au travail avec des rdv militants pour clarifier nos positions, des possibilités de referendum locaux internes.
Il a insisté sur la régulation nécessaire du marché, estimant que certains camarades étaient allés trop vite sur les vertues de la main invisible. Il a invité à faire de l’égalité réelle un socle de l’ascenseur social, y compris par des mesures proches de la discrimination positive (notamment en matière sociale ou culturelle, donner plus à ceux qui ont moins). Il a enfin appellé à la fin des synthèses molles, mais à la poursuite de l’ouverture de discussions exigeantes, volontaires, novatrices pour une motion élargie sur la base des discussions des reconstructeurs. (RM, Aubry, SD, Fabius, Ligne claire, pôle écologiste)

Beau succès en terme d’applaudissement, sans doute les plus enthousiastes de la soirée, même si une partie récompensait sans doute la gouaille et l’énergie contagieuse de Hugues. [comme il dit, je paye ma cotise, ce n’est pas en plus pour m’emmerder (et emmerder les autres)… Bien sûr les mélanchoniens préfèrent les discours à froid, rationno-rationnels, sérieux et virulents dans le ton car on n’est pas là pour rire… 😉 ]

Les Fabiusiens ont présenté une vision intéressante, à la fois exigeante, fouillée, fournie en idées parfois faciles mais souvent pertinentes. Un recentrage est sensible dans le ton. « L’occident n’est plus qu’un pôle parmi d’autres, libéralisme économique aggrave les déséquilibres, capitalisme financier… » « La sociale-démocratie traditionnelle est en difficulté alors qu’elle a tant apportée ».

Une phrase en forme d’appel ? « Le besoin de gauche est réel ».

Pour Delanoë :

Le représentant de François Hollande, après un discours sans aspérités, ni audace (une soupe consensuelle diraient certains verbes un peu plus tranchants que moi), s’est placé clairement dans l’alliance qui se dessine, par un magnifique lapsus en terminant sa lecture qui a bien fait rire la salle : « Donc voila ce qu’est le programme de Bertrand… euh François » Le mal était fait…

Le représentant de Delanoë a proposé un diagnostic intéressant, comme beaucoup d’autres dans la soirée mais sans doute le mieux présenté, presque à la limite du cours. Analyse, puis catalogue de propositions larges reprises du pacte présidentiel souvent. Vision assez classique qui n’effarouchera pas le ventre mou du parti.

Egalement quelques principes : « La confrontation à la réalité ne doit pas nous faire perdre de vue nos aspirations sociales. Le monde change, nos moyens d’agir doivent changer, dépasser le national. » En section comme en fédé, ils ont affirmé le refus de toute alliance avec le modem. (même si Bertrand est une fois de plus, plus ambigü)

En section la présentation était plus politique, avec des éléments intéressants : « Il ne faut pas un congrès de transition, sans majorité viable, mais un congrès d’action avec une direction opérationnelle. »
« Bertrand Delanoë, lui, a travaillé à La Rochelle, n’était pas dans les lieux où il fallait être vu, c’est une éthique… » Cohérence, clarté, même discours au pouvoir et dans l’opposition… Héritier d’une histoire, de Jospin. Faire respecter les décisions, et refaire des instances des lieux de délibération.

Sans doute les delanoetistes sont-ils un peu décontenancés. Alors qu’au niveau local ils rassemblent sous signature la direction fédérale sortante, la plupart des parlementaires, le maire de Toulouse, la direction du conseil général… ils semblent loin d’avoir la même suprématie chez les militants. Y compris dans leurs rang, la dynamique s’est tassée.

Et lorsque l’autre jour, l’un d’entre eux a laissé échapper dans une discussion informelle, « il serait scandaleux que Pierre Cohen soit minoritaire dans sa propre ville » , les militants ont réagi vivement. Ce n’est sans doute un argument ni pertinent (sinon à quoi bon voter en interne si les élus donnent chacun le la dans leur collectivité) ni bien reçu.

Enfin, pour Martine Aubry, des idées là encore très intéressantes, générales mais articulées autour de propositions (pour beaucoup issues du pacte présidentiel, ou partagées avec d’autres, il y a une cohérence dans le parti) « Une forme de continuité mais aussi une projection vers le XXIeme siècle, citoyenneté, vision du travail tout au long de la vie, pas seulement plus de moyens mais repenser les choses, valeurs socialistes mais désir de vérité et de crédibilité. »

« Ce qui nous rassemble est plus important que ce qui nous divise. » « Réalisme oui, fatalité non… » « Nous, socialistes européens… » Les propositions pour le parti ressemblaient beaucoup à celles de Besoin de gauche : majorité forte de travail, trancher des questions en interne, parti-réseau…

Enfin, ce n’est pas aux sondages de dire qui sera un secrétaire de transition ou pas, le premier secrétaire ne sera pas présidentiable pour l’instant car il a d’abord un autre boulot à réussir, il ne doit pas mettre le parti à sa botte, mais se mettre au service du parti et du collectif.

Quelques points d’analyse :

Quelques points de divergences entre les grandes motions, faut-il présidentialiser ou pas, rejet d’emblée d’une alliance avec le Modem ou pas, des grandes primaires pour choisir le prochain candidat ou pas. Des nuances dans les orientations politiques, dans les propositions concrètes. Des positionnements différents, continuation pour certains, renouveau pour d’autres…

Mais aussi des diagnostics largement partagés, et pas seulement sur l’opposition à Sarkozy, mais aussi sur l’état profond de la société; de nombreuses propositions communes, souvent intéressantes, y compris dans des domaines qui ont fait clivage. Il y a une cohérence, même si l’aile radicale est clairement différenciable de l’aile réformiste, et si dans celle-ci subsistent des différences de conception politique, de vision tactique, de culture et de personnes qui justifient je pense des propositions alternatives.

Sans doute Fabius se situe t-il dans les idées médianes (si on prend les plus clivantes), alors que Aubry est proche du coeur majoritaire potentiel du parti (idées pondérées par le nombre)… Delanoë et Ségolène ont brouillés leur positionnement, et Besoin de gauche incarne le dynamisme prêt à se mobiliser pour rénover.

On voit bien là que le hollandisme est un immobilisme sympatique mais contagieux… Alors qu’il y a quelques mois chacun pouvait incarner un renouveau, maintenant il a sclérosé Delanoë, puis consensualisé Royal…

Finalement le légitimisme que certains anticipaient pourrait être moins fort : les ségoléniens les plus convaincus sont toujours là finalement, on le voit en section, les réactions des incertains sont plus partagées…

Cela laisse une marge à Besoin de Gauche, à Aubry, pour faire respirer le parti, si on sait saisir l’opportunité, si on est exigeants, ouverts, travailleurs et pas seulement comptables et tactiques.

Renouveau socialiste en Haute-Garonne ?

septembre 12, 2008

L’actualité intra-socialiste se poursuit.

La rentrée réactive les réseaux, les réunions.

Le congrès arrive et chaque cellule s’agite, les synapses s’étendent et forment des réseaux denses et mouvants.

Ainsi, voici ce qu’est un débat fédéral de contributions.

Au niveau local en Haute-Garonne, Rénover Maintenant et Socialisme et Démocratie s’activent, discutent, préparent la relève. Un texte sur le militantisme au PS dans le département a été élaboré et déjà signé par plus de 200 militants. (à vous)

Je trouve cette analyse intéressante, elle échappe plutôt aux lieux communs de ce type de productions, avec une réflexion intellectuelle, et des débouchés politiques. Une ébauche prometteuse.

Ainsi, autour de la contribution besoin de gauche, et des travaux avec RM, Socialisme et Démocratie travaille également à une extension de cette alliance. Les discussions ont lieu également au niveau national. Avons nous une prise sur celles-ci ? La fin du processus souffre sans doute de cette captation des négociations par quelques représentants de courants.

En tout cas SD s’est réuni, pour discuter des conditions locales de la victoire possible, des questions de fonds et de tactique au niveau national. Voici le compte rendu de cette discussion.

L’alliance avec Martine Aubry sur le fond est largement acceptée, attendue. Reste à régler la question du candidat au premier secrétariat… Une majorité chez nous pensent que, bien que en toute pureté idéologique Moscovici eut été mieux, sans doute l’enjeux du rassemblement possible, sur des idées réformistes et volontaristes, doit lever tous les obstacles à une motion commune.

La présence des fabiusiens fait débat. La question est bien rendue dans le compte-rendu. Ces arguments ont convaincus les récalcitrants, mais pour certains la pilule est difficile à avaler. La limite doit être la cohérence idéologique : ce rassemblement n’est pas une addition de pourcentages ou d’idées artificiellements prises à tel ou tel. C’est une démarche, y compris celle de Fabius de venir, avec son analyse, mais en se rapprochant des idées portées par SD ou Aubry. Pour moi le courant fabiusien tombe lentement en désuétude, il ne faut pas en faire l’enjeux du congrès, et sur les marges de l’entente, s’il accepte le texte, pourquoi pas.

Cela se base également sur l’idée que les changements et le travail au PS doivent être profonds, sur les pratiques et le fonctionnement comme sur l’idéologie et les propositions. Il s’agit donc réellement d’un mouvement nouveau, la construction d’une nouvelle alternative, et plus largement la participation à la refonte de la gauche européenne.
Donc les fractures et blessures du passé peuvent être dépassées, notamment lorsqu’elles comportent une part de postures, de souvenirs mythifiés… De même pour le oui et le non au referendum européen.

Toulouse, la confrontation des idées, l’orage…

mai 16, 2008

Hier soir à Toulouse il y a eu un énorme orage, 20 centimètres de grèle à certains endroits… Impressionnante vision que celle des allées Jean-Jaurès par exemple, même quelques heures après l’averse.

Etait-ce l’énergie dégagée par la puissance de nos réflexions communes qui a trouvé là à se décharger ?

Car il y avait aussi, au chaud et au sec, une rencontre, autour de Jean-Christophe Cambadelis et Cathy Lemorton, Socialisme et Démocratie / Rénover Maintenant, et sont également venu quelques fabiusiens, ainsi qu’ une personne de DDA, courageux. (En effet Kader Arif et Ségolène Royal ont essuyés quelques critiques hier soir dans les débats…)

Il y avait une certaine méfiance au début, puis au fil des nombreuses interventions de vrais échanges, des convergences nombreuses. Nous n’avons pas cherché ce soir à tracer les frontières de nos consensus, et dans le détail ou l’action concrète ce sera parfois plus difficile. Mais c’est tout le sens de ce genre de discussions, sur le fond, de trouver de vrais accords, sans se fondre dans une synthèse molle.

Il me semble que cela a été un moment de libération de la parole, entre des gens qui ne se parlent plus trop, ressenti comme positif par les participants. J’ai trouvé ça très intéressant. On a évoqué la démarche, le parti, des questions de fond tirées des textes des reconstructeurs (croissance qualitative, développement durable, déqualification du travail, Europe…)

Joël Carreiras, puis Cathy, puis Jean-Christophe ont présenté la démarche. Il s’agit d’un projet de discussion, qui s’est peu à peu approfondie et doit pouvoir déboucher sur un projet politique.

La nécessité de cette démarche s’appuie sur plusieurs constats :

  • la gauche doit entrer dans un nouveau cycle, ses principes, ses alliances, ses réponses ne sont plus adaptées, autant dans la sociale-démocratie (ainsi les partis socdem européens plient face aux populismes) que dans des réponses radicales. Nous devons tous refonder quelque chose, le monde entre dans une nouvelle ère marquée par les enjeux écologiques, la mondialisation (émergence de la Chine et de l’Inde, nouvelle division internationale du travail, mobilité des facteurs de production, financiarisation du capitalisme, précarisation ou déclassement du travail…), les enjeux démographiques…
    Une forme de désespérance monte, qui fait le jeu de la droite.
  • Dans le PS, les divergences ont été cristalisées par les confrontations récentes succéssives. Les courants forment de plus en plus des partis dans le parti, dont les adhérents discutent peu entre eux, qui peinent à former une culture commune, qui cultivent leurs divergences dans des postures pour exister. Les courants sont devenus un échappatoire, les espaces du débat de fond, alors que le parti vit trop souvent dans la confrontation des idées-vecteurs de luttes de pouvoirs, ou dans la stérilité du fonctionnement, de la préparation constante de l’élection suivante.
  • Le parti doit muter lui aussi, s’ouvrir aux autres formations de gauche, à toute la société civile militante, associative, syndicale, mutualiste, aux intellectuels et chercheurs ; il doit rendre la parole aux adhérents, entre eux et avec les dirigeants ; moderniser ses pratiques, sur le cumul des mandats, sur l’information interne, sur la formation aux militants, sur le renouvellement ; il doit prendre des décisions claires, retrouver la confrontation d’idées dans la discussion plutôt que le consensus mou entre des postures, synthétisé par la presse..
  • Tout ceci ne passe pas par un congrès de désignation présidentiel dès 2008, un choc Delanoë-Royal, une course aux signatures, la mise en place d’un parti tourné vers le seul objectif présidentiel.
    Cela serait prendre le risque d’un match retour dans deux ans, après de difficiles élections européennes. Il faut donc un premier secrétaire de combat, de travail, de rénovation, qui puisse porter le travail et la voix collectifs sans être dès maintenant positionné en présidentiable.
    Compte-tenu de ce qu’a été l’expérience Ségolène Royal, et ce que nous pouvons lire de la démarche et des propositions autour de Bertrand Delanoë, nous ne nous retrouvons ni dans l’un ni dans l’autre actuellement.

Concrètement, le but est de constituer une contribution commune, autour de Pierre Moscovici, Martine Aubry et Arnaud Montebourg. Il s’agit de bien faire comprendre qu’un nouveau congrès de Rennes doit être évité, qu’il faut travailler le fond et la rénovation concrète du parti. Autour de ceux-ci, ensuite, pourra se dégager une majorité plus large, toujours autour de textes, qui pourrait agréger certains fabiusiens.

Si la dynamique fonctionne, que les militants commencent à avoir peur de l’affrontement annoncé, qu’ils cernent les limites de ce que l’on nous propose dans le duel annoncé par les sondages, alors d’autres nous soutiendront.


Super soirée en tout cas, et belles perspectives.

Encore une fois, beaucoup dépendra des textes, de ce que l’on est capable de batir et de proposer.

Qu’est-ce que la social-démocratie que nous voulons incarner ?

avril 13, 2008

Texte écrit en juin 2007, dans des réflexions post-défaite, dans les réflexions sur le manifeste de Socialisme et démocratie, légèrement modifié.

Qu’incarne la social-démocratie, que voulons nous incarner ?

Partons de la social-démocratie au sens historique. (sur wikipedia) Ce terme a servi a désigné toutes sortes d’idéologies, marxistes au départ, puis positionnées contre le marxisme au sens moderne. Une des références est notamment le congrès de Bad-Godesberg ou le parti socialiste allemand abandonne toute référence au marxisme, et accepte l’économie de marché (« le marché autant que possible, l’intervention publique autant que nécessaire. ») [et, historiquement, la fin de la neutralité vis à vis des blocs est-ouest]
Si c’est ce sens que nous acceptons, le PS est socdem depuis un moment.

On a ensuite associé ceci à la pratique notamment du parti allemand, ou de certains partis d’Europe du Nord. Ainsi, aujourd’hui, on attribue d’autres caractéristiques au sens moderne : en rupture avec le communisme, la social-démocratie au sens moderne du terme s’est placée au cours du XXe siècle sous le signe de la doctrine keynésienne alliant initiative privée et impulsion de l’État, tout en restant dans le cadre économique du capitalisme . (souvent on simplifie la théorie keynésienne à une politique de la demande par la relance de la consommation, ce qu’elle n’est pas : il s’agit d’obtenir un partage optimal de la valeur ajoutée entre travail et capital, par des politiques de pilotage macroéconomiques dans un sens ou dans l’autre)

Mais la social-démocratie est aussi une culture politique qui part du pluralisme social et défend la « modération », le « compromis » politique et des structures d’organisation pour la négociation et la concertation.

Donc voila… Or une politique keynésienne ne suffit pas dans un cadre mondialisé, et le système syndical est à refonder totalement dans cette optique. De plus la pertinence du terme, connoté, parfois usé, se pose.

Pour autant il a déjà évolué par le passé, on peut le réadapter, je ne sais pas. Cela nous identifie, mais mieux vaut s’identifier par nos propositions que par un qualificatif unique.

A partir de cela, et de la ligne de DSK, de ce que nous voulons, quelques grands thèmes.
Je ne retiens pas ce que nous avons en commun avec les autres courants, comme la prise en compte nécessaire de la protection de l’environnement, la laïcité, la priorité à l’éducation, à la culture et la volonté d’élever l’individu pour améliorer la société… Thème majeur, retrouver un lien social, agir sur le patrimoine social, (langues, écrit, culture, relations sociales, psychologies etc.) en filigrane existe un autre modèle de société. ( = il n’y a pas que le pouvoir d’achat)

Nous devons nous distinguer par :

  • Un identifiant fort, c’est l’Europe, notamment depuis le referendum. Pour autant, la ligne de clivage entre oui et non peut évoluer et devra être dépassée, même si elle révèle des clivages plus profond qui peuvent rester pertinents. Il ne s’agit pas d’être des pro-européens béats, ni rester dans l’incantation, mais réalistes et avec cet idéal à approfondir. Le mini-traité intitutionnel de Sarkozy (traoté de Lisbonne) est surement une première étape nécessaire, que nous ne pouvions proposer empéchés par nos divisions, mais qui ne nous suffit pas. Nous avons concrètement l’ambition européenne.

  • Le rôle de l’Etat : on peut surement reprendre à notre compte le slogan de Bad Godesberg : « le marché autant que possible, l’intervention publique autant que nécessaire. » Tout en considérant le nécessaire de manière assez large, comme étant souvent une condition qui participe à l’intérêt général.
    Cela pose nécessairement la question d’un nouveau syndicalisme, de nouvelles relations sociales, dans la négociation et le partenariat. C’est donc sortir de la lutte des classes, et un rôle de l’Etat dans ces négociations bien plus en retrait.
    Cela peut intégrer une vision décentralisatrice, mais péréquatrice.

  • Economique et social : c’est concilier deux principes de base me semble-t’il. Il faut créer la richesse avant de la redistribuer. Mais la recherche de la croissance n’est pas le seul objectif, et ne justifie pas tout. Et il faut notamment,accompagner, protéger, ceux que le système écarte ou menace, pour une société plus apaisée, plus sure, plus juste. Faut-il reprendre la flexsécurité, et que mettons nous derrière ?
    C’est en tout cas une relation apaisée avec l’entreprise, notamment les PME, la promotion d’un nouveau capitalisme cognitif, des territoires, de l’innovation. Il faut retrouver la voie et la voix de la croissance (savoir l’illustrer), en pratiquant des politiques d’offre comme de demande
    Il faut se positionner sur la financiarisation du capitalisme, et de certains risques que cela porte.
    Il faut arriver à construire une vision de la mondialisation , opportunité mais également ouragan en gestation. Protection offensive ?
    Egalement sur les retraites (équité/effort/ répartition travail-loisir sur une vie/financement assuré, assumé et expliqué) ou la vigilance sur la dette

  • Enfin, on doit porter aussi un socialisme du réel, qui ne se noie pas dans des dogmes ou des habitudes mais qui doit avoir comme préoccupation des résultats concrets, à des problèmes quotidiens. (Sans tomber dans la démagogie et la réponse à tout) Ainsi sur le traitement de l’insécurité, les 35h, le pouvoir d’achat, le mérite, la réforme de l’Etat… C’est souvent aussi une question de méthode et de marketing politique.

Cependant, nous ne souhaitons pas résoudre les inégalités à la marge ou à postériori mais agir à la racine et donc reposer les rapports de force, les potentiels technologiques ou d’organisation de la société. Nous assumons les règles du marché sans être ni naîf ni dépourvu d’imagination pour définir de nouvelles régulations et garantir un service public qui soit en phase avec les nouvelles réalités du monde économique.

En terme de stratégie politique, je pense qu’on peut aussi incarner :

  • une volonté de rénovation de la vie du parti :
    -promouvoir le débat et la réflexion de fond, les travaux thématiques, à tous les niveaux; faire vivre des « think-tanks…
    -essayer d’en faire un parti plus large, plus ouvert, de masse… Moins de cumuls et de fiefs, plus d’écoute et de politique.

  • nouvelle manière de faire de la politique :
    -réintroduire la nuance et la raison dans le débat : opposition constructive à l’assemblée, moins frontale. Nous ne sommes pas le Bien, contre le Mal ou l’erreur par nature. Nous n’en serons que plus crédibles.
    -redéfinitions des alliances possibles. Modem, PC…