Posted tagged ‘pronostics’

Une élection européenne enfin ?

juin 5, 2009

Le grand jour arrive.

Campagne étrange, éteinte, feutrée, couverte par des bruits de crises…

Pourtant je me suis dit en regardant certains débats qu’ils étaient très intéressants, que, débarassés du substrat national et populiste (les chiens écrasés…), on atteignait le fond des choses, les questions essentielles de société, macroéconomiques et géopolitiques.

Parfois les petits enjeux locaux reviennent à l’assaut, et les listes farfelues, superficielles ou ridiculement radicales cotoient les listes sérieuses qui usent de bas artifices…

Bref, les enjeux sont plutôt pour moi les équilibres de demain au Parlement européen.
Même si je conçois qu’il soit encore difficile de comprendre l’utilité réelle du Parlement européen, voire de le déterminer.
Mais c’est ce que nous avons pour nous emparer de l’Europe, c’est un potentiel.

Mais ce ne sont pas les sondages que l’on nous donne et qui sont débattus.

Sur la campagne française, puisque c’est le cadre qui nous est largement imposé (déjà un vote le mêm jour partout serait bienvenu..), j’ai quelques commentaires. Quelques espoirs sur le résultat aussi, ou quelques pronostics même si ces enjeux sont pour moi secondaires par rapport à l’équilibre européen…

Il n’est pas étonnant que la liste Europe Ecologie soit celle qui bénéficie de la meilleure dynamique. Le thême de l’environnement est réellement crédible au niveau des politiques européennes. Ils ont en outre mis l’accent sur l’éthique, et une réelle connaissance de l’Europe, du Parlement, notamment grâce à Daniel Cohn-Bendit.
Ils ont réussi par leur liste la mutation que l’Union doit réussir : dépasser le oui et le non, le débat institutionnel et périphérique, par l’objectif commun de porter une voie écologique européenne forte.

Le modem bénéficie d’un acquis de tradition européiste, mais qui ne suffit pas. Ils ont brouillé leur message avec de la politique nationale, avec une absence de réponses face à la crise, une absence de thèmes forts. L’affirmation de l’Europe ne suffit pas à la faire vivre. La fin de campagne subit également la conséquence d’un Bayrou fatigué, et qui a du mal à trouver un positionnement politique cohérent.

Le PS a été assez peu audible. Sa structure est atteinte, ses militants fatigués, son énergie dilapidée. Pourtant le manifesto et la démarche de rassemblement avec les autres partis européens était importante, nécessaire, intéressante. Mais en présentant des candidats assez peu connus parfois issus de tambouilles internes, sans tête de liste nationale, ou – cela aurait été une incarnation intéressante – sans candidat commun contre Barroso, la dynamique a été difficile à lancer. Martine Aubry a tenu son rôle, ainsi que les candidats qui ont sillonné les campagnes, mais les suites du referendum, du congrès, et la perception dégradée du parti dans l’opinion l’ont étouffé.  Une communication trop centrée sur Sarkozy au départ, une communication nationale peu identifiée (Peillon aurait été un bon porte-parole national) ont également pesé.

A la gauche de la gauche , je pense que Front de gauche a émergé, fait une bonne campagne. Mélanchon se positionne pour plus tard, en recyclant les forces militantes du PC. Il empêche assez largement l’envol du NPA. Celui-ci, après une dynamique forte en début d’année, a finallement été banalisé par la crise, et est pénalisé par une campagne peu mobilisatrice et les concurrences rouges.
Lutte ouvrière est toujours là…

La majorité présidentielle a réussi à faire le clip de la campagne officielle le plus nul. A l’image de sa campagne, qui s’appuie sur le soutien à Sarkozy de son électorat, d’une rente de majorité, et de l’épouvantail malhonnête de la Turquie.. Peu de concurrence à droite, peu d’enjeux pour eux.

La droite dure a du mal à se démarquer, sinon par un antieuropéisme plus virulent…

Ce que j’espère en France (outre des équilibres européens moins favorables aux conservateurs, et une commission plus progressiste) :

-Europe Ecologie devant le Modem
– Le Front de gauche devant le NPA
-un PS au dessus de 20%
-une UMP à moins de 30%

Pronostic national :

– Majorité présidentielle : 27 %
– PS : 19%
– Europe Ecologie : 15%
– Modem : 11%
– Front de gauche : 6%
– NPA : 6%
-FN : 6%

Comment essayer de prévoir le résultat du vote sur les motions ?

novembre 5, 2008

Comment tenter un pronostic ?

Des chiffres circulent. D’où viennent-il ? Qui les donne et avec quel intérêt ?

J’ai ainsi pu entendre des chiffres donnés par des camarades d’une motion qui se pense localement majoritaire, estimant leur score l’un à 57%, l’autre à 38%.

Au niveau national, des analyses sortent, non signées, faites d’intox.

Finalement personne n’en sait rien !

On peut tenter des analyses partielles cependant : dynamique relevée par la présence dans les réunions publiques, nombre de signataires, « sentiment » dans les discussions de section… Le nombre d’élus, l’évolution de ceux-ci peut aussi être une indication, mais souvent biaisée.

On peut avec ces éléments lire les votes passés, congrès du Mans, referendum européen, primaire présidentielle…

Des cerveaux brillants peuvent ainsi allier modèles mathématiques et analyse politique, pour nous dire ce que nous allons voter demain.

Concrètement, il faut bien se mouiller. Les résultats des scrutins précédents ne me paraissent pas très parlant au niveau local. Sinon qu’à priori, les motions A et D ne partent pas démunies.

Mais il est notamment difficile de dire comment va voter la Haute-Garonne rurale. Ségolène Royal y est-elle toujours bien implantée ? Va t’elle au contraire s’effondrer ? Idem pour Hamon, qui a vu croitre son audience, et a fait venir à lui quelques anciens fabiusiens ou rénovateur, sans que l’on sache comment cela peut se traduire dans les votes…

Il y a eu une dynamique forte et précoce pour la motion A, suite à sa venue pendant l’élection municipale. Il y a une tradition jospinienne forte également au niveau local. Celle-ci s’est surtout cependant manifestée chez les élus et les cadres actuels.

Puis cela s’est essouflé, les motion D et C, puis même E, ont sans doute rattrapées une partie de leur retard depuis l’été. La comparaison des réunions publiques récentes est à cet égard éclairante. Ainsi Hamon comme Aubry ont semble t-il réuni plus de monde. Et les motions D et E ont désormais plus de signataires locaux que la A.

Celles-ci est handicapée au niveau local par un bilan de la fédé vu comme au mieux mitigé en terme d’animation politique, de dynamisme et de pluralité, de travail et de débat. Elle incarne la continuité locale, et malgré quelques personnalités intéressantes, et le débauchage de quelques strauskahniens, elle ne parait plus en mesure d’avoir 50%.

Mon pronostic-analyse de coin de table :

Pour la fédération PS31

Motion A : 33
Motion B : 1
Motion C : 16
Motion D : 31
Motion E : 18
Motion F : 1

Au niveau national :

Motion A : 31
Motion B : 1
Motion C : 15
Motion D : 30
Motion E : 22
Motion F : 1

Motion Obama : 98

Dans ma section :

Motion A : 44
Motion B : 0
Motion C : 11
Motion D : 27
Motion E : 18
Motion F : 0