Archive for the ‘Les primaires socialistes 2006’ category

Les primaires socialistes accouchent d’une belle victoire (0)

janvier 5, 2008

Les primaires socialistes m’ont amené à me rapprocher de Socialisme et Démocratie, autour de la candidature de Dominique Strauss-Kahn. Sa défaite sévère ne m’enchantait pas, mais je pensais aussi que Ségolène Royal pouvait être une bonne candidate. Je ne faisais pas partie des anti-ségolénistes.

Ma vision était plutôt que DSK valait mieux que Ségolène, mais que dans tous les cas l’enjeux fondamental était la victoire sur les partisans de Laurent Fabius et Jean-Luc Mélenchon. J’avais écris un texte en ce sens pour R2, même si j’aurais un autre argumentaire aujourd’hui.

J’étais donc très satisfait que symboliquement au moins, nous soyons devant eux.

Je pensais que l’esprit de rénovation insufflé par Ségolène pouvait s’allier avec le réformisme de SD, que nous allions être intégré à la campagne, que la candidate allait progressivement se structurer, se construire, et tirer le parti derrière elle.

Je relis avec mélancolie ces mots d’espoirs d’un des ségolénistes du groupe R2, Jean-François Pascal, qui écrivait après la victoire interne de Ségolène Royal :

Qu’il s’agisse du socialisme par la preuve, de la mise en mouvement de la société et des territoires, d’une nouvelle démocratie sociale et délibérative, nous avons fait le pari de la rénovation.
Ce choix, parce qu’il fait écho à la demande sociale, l’a emporté très largement et acquiert ainsi une forte légitimité. Cela fait événement et je crois aux faits qui valident, ou non, les discours.

Je me réjouis également de la bonne tenue de DSK avec lequel j’ai toujours partagé une même conception des régulations économiques et sociales.
Ajoutant cette ligne à celle de Ségolène Royal, je constate que les militants ont plébiscité à une très large majorité le choix d’une gauche réformiste en prise sur le monde d’aujourd’hui, défendant les libertés et la solidarité.

Avec un peu d’humour j’ai presque envie d’écrire que la motion 4 vient de réaliser 82% au Parti Socialiste ! Relisez là et vous y trouverez la trame de ce nouveau parti socialiste qui nait aujourd’hui…

Lorsque l’optimisme confine à la naïveté…

Suivant :Défense laborieuse de Ségolène (1)

Publicités

Débat de section lors des primaires

août 12, 2006

Message au camarade qui présentait en section la candidature de DSK. Acte qui entrainera mon rapprochement de Socialisme et Démocratie.

J’étais présent lors du débat de section.
Celui-ci s’est trouvé pris dans une opposition entre fabiusiens et ségoléniens où DSK était peu présent.

Il me semble que c’est la ligne que tu avais choisie ( peut-être y avait-il des instructions ).
En ce plaçant au centre, un peu au dessus, en capacité de rassembler les uns et les autres, cela peut être payant et faire venir à DSK une partie des partisans déçus de Ségolène ou des indécis.

Pourtant j’aurais aimé entendre un positionnement social-démocrate plus assumé. Au moins pour les idées, voire pour l’efficacité. Si DSK n’est pas le favori aujourd’hui, c’est surement en partie parcequ’il a été trop timide pendant plusieurs mois, a laissé la place du réformisme et de la transgression de certains tabous doctrinaire à Ségolène Royal. Aujourd’hui encore, la question se pose. Vous misez trop sur l’auto-torpillage de Ségolène.

Une deuxième chose qui me gêne, mais que je peux comprendre dans un cadre tactique pendant la campagne, c’est la frilosité vis à vis de Fabius. Dans la logique politique, c’est là que se trouve le clivage central et réel, dans la posture, dans le fond. Entre DSK et Ségolène il y a des nuances puissantes, sur la forme, sur des thématiques où elle va plus loin, sur le positionnement qui est différent; mais elles ne m’empêcheront pas de voter pour elle, et tout ce qu’elle apporte de positif également, alors que je ne voterai pas Fabius en interne. Et il ne faudra pas jeter tout ce qu’elle a proposé lorsque DSK aura éventuellement gagné.

Lors du débat, j’avais prévu de participer, mais mes questions ont été posées avant, puis je n’ai pas osé ensuite, alors que la tension était importante. Aucun militant ne s’est prononcé pour DSK alors que nous étions évidemment plusieurs. Mais je m’en suis voulu (esprit d’escalier) ensuite : il aurait été bien que quelqu’un dans la salle se prononce puissamment pour DSK. Il est notamment une chose que je regrette d’avoir laissé passer, et tu ne t’es pas non plus insurgé : la critique violente et méprisante d’un camarade vis à vis de Michel Roccard…

La tension qui est ressortie du débat a fait monter la peur d’un deuxième tour, et une tentation d’en finir en votant Ségolène. Mais heureusement le meeting à Toulouse s’est bien passé.

Enfin bon, vivement le deuxième tour, je pense et j’espère qu’il y en aura un, et surtout espère que Fabius n’y sera pas.

Le choix de Dominique Strauss-Kahn pour la présidentielle

juillet 13, 2006

Lettre à un ségoléniste pour expliquer mon choix de Dominique Strauss-Kahn lors de la primaire socialiste.

Jean-François.

Ton analyse des propositions et de la dynamique Ségolène Royal sont intéressantes.
Elle est souvent convaincante. Dans tous les cas, même si elle ne gagnait pas, tout ce qui est bon devra être gardé, repris, par nous, par le PS.

Après plusieurs mois d’hésitations, d’abord plutôt favorable à Ségolène Royal, puis à DSK avec son affirmation sociale-démocrate, j’ai hésité.
Notamment face à la violence de certaines attaques de partisans de DSK qui montraient une certaine incompréhension du phénomène, et de sa profondeur (ce n’est pas seulement un phénomène médiatique ou sondagier ), ou encore à nouveau une certaine tiédeur de DSK.
Par ailleurs, d’un point de vue tactique, j’aimerais bien que DSK soit devant Fabius. Pourtant , s’il y a un deuxième tour Ségolène-Fabius, au moins il y aura un choix clair, une défaite nette de Fabius je le pense. Un deuxième tour Ségolène-DSK me posera problème : il y aura nécessairement une surenchère à gauche pour capter les partisans de Fabius, ou une alliance pseudo anti-Royal que je ne cautionnerai pas.

Mais le temps des hésitations s’achève. Le vote approche. Aujourd’hui, Ségolène Royal est parfois allée trop loin dans ses propositions je pense : carte scolaire et jurys citoyens, mal expliqués. Pour corriger le tir, elle court aujourd’hui sur la gauche, en soutenant à demi-mot José Bové, ou les destructions de champs OGM, ou reprend ce que l’on ne voulait plus, un vocabulaire marxisant « de campagne », d’opportunité…

Depuis un certains temps, tout en défendant fréquemment les propositions de SR sur des forums ou dans des discussions, je penche vers DSK.
Et bien je suis tombé : j’ai pris ma décision, les débats ont eu lieu, et je voterai donc DSK.

Pour que la force de ses idées dans le parti soit affichée, pour qu’il soit au second tour déjà. Ensuite nous jugeront sur pièce qui nous décevra le moins en essayant d’attirer les partisans de Fabius et Mélenchon.

Espéront que l’élan rénovateur de l’une et le positionnement réformiste de l’autre réussiront à s’allier pour construire le parti socialiste de demain. Nous aurons tous notre rôle dans ce travail.